Connaissez-vous la newsletter bimensuelle du diocèse : elle contient des informations sous forme d'un éditorial, de reportages et d'un agenda ?
Pour  vous y inscrire, il suffit des surfer sur  http://www.diocesedenamur.be et de cliquer dans le menu de gauche sur « Newsletter : inscription ».

Homélie du dimanche 12 Janvier, Fête Baptême du Seigneur PDF Imprimer Email
Année 2020

Frères et sœurs, Jésus apparaît pour la première fois dans l'Évangile depuis sa naissance, et c'est de la façon la plus humble, la plus fidèle au bord du Jourdain, ce fleuve dans lequel les gens viennent se faire baptiser. C'est une expérience très personnelle de Jésus qui marque le commencement de sa mission. Il s'avance en solidarité avec le peuple de ceux qui cherchent Dieu pour être baptisé par Jean. Jean le reconnaît et voudrait échanger les rôles, mais Jésus lui dit de laisser faire. Et c'est après le baptême par Jean que les cieux s'ouvrent, cela signifie qu'il n'y a plus de séparation entre le ciel et la terre, Dieu n'est plus un être inaccessible, dans un monde à part. En Jésus, Dieu vient à notre rencontre. Il se fait proche de nous, pour vivre notre vie et la partager.

En ce sens, Dieu-Amour est en communication avec le monde par Jésus. Une voix se fait entendre et que le Père témoigne par l'envoi de l'Esprit Saint. C'est aussi la Trinité qui est révélée lors du baptême de Jésus, et ce qui ressort, c'est l'amour et la joie. Jésus se reconnaît Fils bien-aimé et il est la joie du Père.

Cela nous rappelle aussi notre baptême. Nous aussi nous sommes les enfants bien-aimés du Père, nous sommes sa joie et nous sommes aussi remplis de l'Esprit-Saint, l'Esprit de Jésus. Nous aussi nous devons revêtir la même humilité, la même fidélité que Jésus.

Jésus est annoncé depuis longtemps par les prophètes et Isaïe fait partie de ceux qui en donnent la meilleure description. Il annonce Jésus, le Messie, comme étant un serviteur. Il sera au service du droit, par sa parole, il annoncera le droit et le mettra en pratique, en prenant la défense des plus pauvres, des plus petits, en ouvrant les yeux des aveugles, en libérant les prisonniers. Et c'est bien ce qu'a fait Jésus durant sa vie publique après son baptême.

Saint Pierre le témoigne dans le récit des Actes des Apôtres. Il dit que Jésus annonçait la bonne nouvelle de la paix, qu'il guérissait et qu'il faisait du bien partout où il passait.

Voilà le rôle de serviteur : celui d'annoncer la paix, de faire régner le droit, de guérir, de faire du bien. Nous qui sommes baptisés, nous sommes des servantes, des serviteurs du Royaume par notre dignité, par notre vie de tous les jours. Être des serviteurs ou des servantes du Seigneur, c'est avant tout être en état de service, c'est accepter que Jésus naisse en nous, prenne corps en nous et se mettre à son écoute.

Frères et sœurs, il y a abondamment à faire pour servir, pour aimer, pour faire du bien, mais nous ne sommes pas appelés à tout faire, à nous disperser. Chacun-e, nous avons une mission de service, une mission de paix, une mission d'amour qui nous attend, un champ d'action pour faire du bien, des personnes à rencontrer, à écouter, à entourer. Engageons-nous là où le Seigneur compte sur nous, là où règne l'injustice et où nous voulons annoncer le droit... Quelles sont les situations ou les personnes autour de nous qui attendent que nous leur fassions du bien par notre attention, nos paroles, nos gestes ? Nous sommes des servantes, des serviteurs au service d'un monde plus juste et plus fraternel. Mais si nous sommes des servantes, des serviteurs, n'oublions pas notre Maître, Jésus, l'humble et doux serviteur, qui nous appelle ses amis. N'oublions pas notre relation avec le Père, avec le Fils, dans l'Esprit par la prière, la méditation de la Parole de Dieu. C'est pour nous une manière de faire le plein d'amour et de partager cet amour et notre joie de croire dans notre monde qui a soif d'amour.

Que la grâce de Dieu nous soit en aide.

Abbé Jean-Claude Bambele, saint Martin.