Nous avons le plaisir de vous communiquer le lien vers la vidéo du spectacle « En Chemin » à l'église Saint-Martin sur YouTube (version complète - 1h10)
Homélie du dimanche 8 Décembre. 2ème Semaine de l'Avent. PDF Imprimer Email
Année 2019

Pourquoi Dieu a-t-il été assez fou pour envoyer son messager, Jean-Baptiste, dans le désert, là où personne ne vie; là où  personne n'écoute; là où  les nuits sont glaciales? Jean-Baptiste a reçu l'appel d'aller crier dans le désert. Il est allé dans le désert, uniquement transporté par sa confiance en Dieu.

Jean-Baptiste proclame le Messie qui vient. À cause de cette venue, il propose à ses concitoyens le baptême dans l'eau, en signe de conversion. Entendons par là : un profond changement, une nouvelle orientation, une transformation radicale de vie et de vue. C'est à partir de ce message que se présenteront à lui, pour le baptême, pharisiens et scribes, sadducéens, publicains, soldats, toutes les catégories sociales de son temps, à commencer par celles les plus en vue.

Mais Jean connaît ses concitoyens, surtout leurs fausses sécurités. Ainsi, certains viennent se faire baptiser non pas par souci de conversion, mais pour avoir la conscience tranquille. D'où, l'insistance du prophète au changement de vie à opérer, au regard profond du cœur qui doivent se refléter dans la vie et ses actes concrets. C'est là une dénonciation de l'écart entre la vie et les rites, les paroles et les actes.

Se convertir, c'est marcher vers la sainteté et vers l'union à Dieu. Cela demande beaucoup d'humilité pour accepter nos pauvretés, renoncer à cette prétention orgueilleuse de vouloir nous en sortir par nous-mêmes. Au point que le plus grand obstacle sur le chemin de notre conversion, c'est peut-être de trop s'accrocher à l'image qu'on se fait de sa propre perfection, Mais, nous avons tous le pouvoir de devenir saints, simplement parce que Dieu se laisse vaincre par la confiance que nous mettons en lui.

Chacun ignore en quoi consiste notre propre sainteté, cela ne nous sera dévoilé qu'au fur et à mesure de notre cheminement, et c'est souvent bien différent que ce que nous pouvions imaginer. Pour nous convertir, nous ne pouvons pas nous contenter de suivre des principes généraux qui valent pour tout le monde. Il nous faut aussi comprendre ce que Dieu nous demande en particulier, et qu'il ne demande peut-être à aucun autre.

Ouvrons notre cœur dans des moments d'intimité avec Jésus et laissons-le nous conduire, en fonction de l'appel particulier qu'il a sur chacun de nous. Acceptons de changer de mentalité ou de façon de voir. Ne faisons rien "en force" c'est à dire à la force du poignet, mais permettons au Seigneur d'agir dans notre vie.

Le temps de l'avent est spécialement conçu par l'Église pour que les croyants fassent renaître l'espoir, l'optimisme, le dynamisme créateur, l'accueil et la solidarité. Jésus vient. Et chacun de nous peut quelque chose pour bâtir la terre nouvelle qu'il propose.

Voyons comme un simple contact chaleureux peut changer parfois l'humeur d'une personne ; qu'un sourire peut ensoleiller la journée de quelqu'un ; un peu d'amour transformer toute une existence, une simple visite faire parfois beaucoup de bien. Le secret du converti, c'est, souvent, faire beaucoup avec très peu.

Sœurs et frères, chacun de nous est appelé à se convertir, à changer de chemin, d'attitude, de regard, de comportement. Mais ... est-ce que j'ai assez confiance en Dieu pour me faire couper la tête comme Jean-Baptiste... Amen

Abbé Vincent Nguyen.