Grande récolte de dictionnaires français et anglais
et de manuels de sciences, physique, chimie, biologie, menuiserie et électricité.

À déposer à la librairie du CDD, rue de Bastogne 46 (Arlon)

Ils seront redistribués aux élèves de Lokolama (Congo).

Merci pour eux !

Homélie de 2ème dimanche de l'Avent PDF Imprimer Email
Année 2018

Je me souviens d'une conférence donnée à Louvain-la-Neuve par un abbé italien, l'abbé Bianco sur la catéchèse et l'évangélisation. Il comparait la réalité de l'évangélisation actuelle avec l'image de l'église de son village fortement abîmée. Il disait que nous étions appelés à gérer dans notre évangélisation une certaine désorganisation en mettant de l'ordre dans le trouble qui apparemment se présente à nous...Ou encore en laissant  à Dieu l'occasion de dévoiler l'ordre dans ce que nous voyons comme désordre...

Aujourd'hui, ne sommes-nous pas parfois tentés à trouver du désordre partout ou à nous retrouver en  manque de repère ou en carence de sens à notre existence ou notre foi ? Ne sommes-nous pas découragés par tout cela un peu comme l'était le peuple juif en exil à Babylone du temps du prophète Baruch ?

Disons que le livre de Baruch, dont nous venons d'entendre un extrait dans la première lecture, a été écrit dans ce contexte d'épreuve en exil. Il reflète la réalité de ce peuple vivant loin de son pays, de son Temple et qui cherche à repenser et à reconstituer son identité. Il est humilié et souffre du déracinement : il n'a plus l'occasion d'offrir ses sacrifices. Un peuple désorienté qui ne trouve plus ses repères et qui a besoin de trouver ou de réinventer des nouvelles marques et des nouveaux chemins

Le message du prophète consiste à rappeler à ce peuple que son Dieu est avec lui et ne pourra jamais l'abandonner. Les épreuves, les malheurs qu'il vit sont transitoires, Dieu, lui, sera là à ses côtés, il lui restera toujours fidèle et le délivrera de toutes ces situations pénibles. Pour cela, il lui faut la foi et la confiance qui lui permettront non seulement de traverser cette épreuve, mais aussi de  reconnaître la présence de son Dieu en son peuple partout il se trouve. Cette situation fera comprendre, entre autres, au peuple  qu'il ne doit pas s'établir dans des certitudes toutes faites, mais qu'il doit sans cesse se mettre en route, bien écouter, bien discerner la présence permanente de son Dieu qui vient au jour le jour à sa rencontre et qui se donne à lui. Les autres chemins qui se présentent à lui ou qu'il doit réinventer sont, entre autres, la reconnaissance de ce Dieu présent qui les accompagne et les invite à un nouveau type de relation, celle des cœurs et de l'intériorité.  Dieu se donne à tous ceux qui croient en lui dans tous leurs lieux de vie et de rencontres humaines qui sont aussi des endroits et des moments où Il est présent.

C'est le même message que Jean le Baptiste adresse à ses contemporains, les invitant  à se convertir, à préparer leurs cœurs pour accueillir le Messie. De la prison où il se trouve, saint Paul minimise son épreuve face à la joie qu'il éprouve dans l'annonce de la Bonne Nouvelle et du salut de Dieu apporté à tous les peuples. S'adressant aux philippiens qui lui ont apporté une aide matérielle, il se réjouit et les félicite pour les bonnes actions qu'ils mènent grâce à leur foi et au discernement qu'ils font pour porter des fruits et témoigner de l'amour de Dieu.

Pour ce qui nous concerne, dans nos questionnements sur ce que nous pensons être des situations de manque de repères et de sens, prions pour que ce temps de l'avent nous éclaire davantage pour que nous comprenions combien la foi n'est jamais acquise de manière définitive, avec des certitudes immuables. La foi, notre foi, nous demande d'être en chemin, sur des routes tortueuses avec des collines, des montagnes, des ravins... pas toujours faciles à emprunter. Elle nous demande de s'ouvrir vers d'autres horizons. Mais, comme Baruch, Paul et Jean-Baptiste, il faut garder l'espérance que Dieu nous y accompagne et ne nous laissera jamais tomber. Ceci est possible à condition de nous mettre à l'écoute de sa parole, de faire de celle-ci notre cheval de bataille et aussi à l'écoute des prophètes d'aujourd'hui, des jeunes, des moins jeunes, des femmes, des hommes de notre temps... ; être à l'écoute de toutes les bénédictions que Dieu accorde à notre monde. Il nous est souvent facile de voir ce qui ne va pas, mais il suffit d'ouvrir les yeux de la foi, les oreilles de la foi...pour contempler tous les biens qui se font dans notre vie personnelle,  notre communauté, notre église et autour de nous.



Doyen Wenceslas Mungimur.