Bienvenue dans nos églises pour célébrer notre Dieu qui se fait tout petit pour nous rejoindre dans le quotidien de nos vies, lumière au milieu de nos obscurités, amour offert à chacun.

A toutes et tous un joyeux Noël !

Le lundi 24 en début de soirée

A Arlon, Seigneurie de Ville-en-Pré à 15h

A Bonnert à 18h

A Stockem à 18h30

A Arlon, Sacré-Coeur à 19h (avec veillée musicale) ET  chapelle St-Bernard (rue de Viville 6) à 19h (veillée à 18h45),

A Viville à 20h

Lire la suite...
Homélie du dimanche 11 novembre 2018 – Fête de Saint Martin et centenaire de l’armistice 1918 PDF Imprimer Email
Année 2018

Dans l'Eglise universelle, les chrétiens se rassemblent aujourd'hui comme chaque dimanche  pour célébrer la résurrection de Jésus qui la victoire de l'Amour de Dieu sur les forces du Mal.

Ce dimanche 11 novembre notre paroisse Saint-Martin est en fête, la fête de son saint Patron.

Il me plaît à rappeler aujourd'hui que notre paroisse Saint-Martin d'Arlon est sans doute une des plus anciennes communautés chrétiennes de Belgique, voire d'Europe du Nord.  La place stratégique du « vicus » d'Arlon (vicus = ville romaine) est au carrefour des routes TREVES -REIMS - METZ.  Cette localisation géographique a dû favoriser dès la fin du 2ème siècle  - en tout cas au début du 3ème siècle- l'établissement d'une petite communauté chrétienne regroupée autour de la source de la Semois et de la basilique romaine qui sera christianisée au 4èmesiècle et portera le nom de Saint  Marc, l'évangéliste.  Au 7ème siècle, elle changera de protecteur principal en souvenir du saint évêque Martin de Tours qui s'était arrêté pour saluer la communauté chrétienne d'Orolanum lors d'un voyage de conciliation à Trèves avec d'autres évêques, cela à la fin du 4ème siècle.  Les Arlonais ont gardé dans leur mémoire collective le souvenir de cette visite.

Martin, cet Européen avant l'heure, né en Hongrie en 316, fils de militaire, se rendra à jamais célèbre à Amiens au cours de l'hiver 334 en partageant son manteau de jeune soldat avec un pauvre qui grelote à la porte de la ville.  Martin a 18 ans.  Il vient de rencontrer le Christ qu'il veut suivre et servir.  Il n'est encore que catéchumène  - en route vers le baptême- mais il a déjà saisi tout l'essentiel de l'Evangile : voir le Christ dans les plus pauvres, aimer les autres comme le Christ les a aimés.  Son geste qui a la spontanéité de la jeunesse et le zèle d'un néophyte va rester à jamais dans l'histoire des chrétiens comme l'icône de la charité du Christ.

Le manteau partagé : un geste cent fois plus parlant que des discours et des homélies !  Un geste simple et fort qui semble présider à toute l'œuvre d'évangélisation de la France - son pays d'adoption - et de nos régions d'Europe occidentale, une évangélisation dont Martin devenu moine puis évêque-pèlerin  va se faire l'apôtre infatigable  en libérant les gens des campagnes de leurs idoles  et de leurs peurs « païennes » et en fondant des communautés rurales pour soutenir la foi au Christ des nouveaux convertis.

En ce 11 novembre 2018, nous célébrons aussi le 100ème anniversaire de la signature de l'armistice de la première guerre mondiale, une guerre  qui fût une terrible source de souffrances  pour tant de  peuples et tant de gens notamment dans le sud de notre province.  Plus de 8 millions de morts.   Ce moment de mémoire interpelle notre monde actuel lui aussi tenté par des divisions, des violences  des fanatismes et des haines.

La paix est toujours fragile.  22 ans après l'armistice de 1918, une seconde guerre mondiale recommençait !

Mes amis, soyons toujours attentifs à privilégier le vivre ensemble,  à mettre les valeurs de pardon, de réconciliation, de dialogue, d'accueil, de solidarité et de respect de la différence à la première place de nos vies et de nos sociétés.

Puissent les paroles de Jésus de ce jour de fête résonner sans cesse dans notre cœur. : "J'avais faim, et vous m'avez donné à manger, j'avais soif, et vous m'avez donnez  à boire ; j'étais un étranger, et vous m'avez accueilli ; j'étais nu, et vous m'avez habillé ; j'étais malade, et vous m'avez visité ; j'étais en prison et vous êtes venus jusqu'à moi ( Mt 25, 35-36) chaque fois que vous l'avez fait à l'un de ces petits qui sont mes frères, c'est à moi que vous l'avez fait " (Mt 25, 45).

Que "le manteau partagé" illumine sans cesse nos vies et nos choix, notre paroisse et notre ville.

Abbé Jean-Marie JADOT.