L'asbl AMANOCLAIR possède son site Web : http://www.clairefontaine-arlon.be

(Mis à jour pour la réservation de salles)

Lire la suite...
Homélie du dimanche 1er avril 2018 - Pâques PDF Imprimer Email
Année 2018

Quelle joie, au terme d'une semaine sainte intense et fervente de célébrer dans la foi le Christ ressuscité et avec lui, la victoire de l'amour et de l'espérance sur toutes les forces de mort !

Cette célébration, chaque année ravive en nous la joie de croire, d'espérer et  d'aimer... même si les temps sont durs aujourd'hui pour notre foi et pour l'Eglise !

Nous ne sommes pas là seulement pour raviver en nous la nostalgie des temps de chrétienté où la foi semblait aller de soi et où l'Eglise avait pignon sur rue !  Osons inventer un aujourd'hui créateur d'un nouvel avenir : l'Evangile est toujours neuf et demande d'être sans cesse réincarné dans du vécu, des gestes, des engagements et de symboles qui peuvent parler à l'homme de notre temps !

En ce jour de Pâques, qu'est-ce que la Parole de Dieu nous donne à entendre et à vivre ?  Non pas la rencontre en direct avec le Ressuscité mais d'abord  la découverte du tombeau vide, à la suite de Marie-Madeleine, de Pierre et de Jean.  Les moments de grâce que furent pour les apôtres les rencontres avec le Christ ressuscité, nous aurons les 40 jours du temps pascal pour les revivre à l'écoute des quatre évangiles.

Aujourd'hui, nous est rapportée cette course haletante et silencieuse de Pierre et Jean qui suivent Marie-Madeleine vers le tombeau où l'on a déposé quelques heures auparavant le corps de Jésus... et la découverte avec eux, des signes du tombeau vide... avec, en plus, cette petite phrase qui va déclencher tout le christianisme : « Il vit et il crût ».

Désormais, pour rencontrer le Christ, il faut risquer sa foi.  Et pour être saisi par la foi, il faut voir et découvrir des signes, se laisser bousculer par des signes qui viennent interpeller notre vie.

Et le premier des disciples à avoir reconnu les signes, c'est Jean, le disciple bien-aimé de Jésus (comme il se  nomme lui-même), celui qui fut le seul parmi les douze à avoir eu le courage d'accompagner le Maître rejeté jusqu'à la mort en croix.  C'est à son cœur que les signes ont parlé.  L'amour est le terreau de la foi et de la reconnaissance des signes.  C'est le coup de foudre initial !

Chers paroissiens et amis de Saint-Martin, je ne peux m'empêcher de relire « les signes » de la présence du Ressuscité que nous écrivons ensemble depuis tant d'années !

Aujourd'hui, j'ai envie de rendre grâce à Dieu et de vous dire un très grand merci à vous, mes amis, pour tout ce que vous donnez « à voir » par votre présence, par votre disponibilité, par vos engagements formidables au service des célébrations et de l'annonce de la foi, du renouveau de la catéchèse des enfants et de l'accompagnement des adultes en chemin vers le baptême, au service des autres, au service de la convivialité et de la solidarité, de la fraternité et de l'amitié.

Il n'y a pas de miracle !  Pour que le monde croie, il faut qu'il y ait quelque chose à voir, qu'il y ait des signes qui interpellent.

Un des beaux signes de notre région vient d'être secoué ces derniers jours.  C'est l'annonce de la fermeture du centre d'accueil des immigrés à Stockem où le bénévolat et l'attention à l'autre étaient particulièrement exemplaires.  Une décision politique incompréhensible est venue effacer ce signe lumineux qui nous aidait à construire un monde où l'on peut vivre ensemble différents.

Par contre  dans notre église Saint-Martin nous avons eu la joie, cette année encore, d'accueillir à la Veillée Pascale trois jeunes adultes originaires d'Afrique : Hervé, José et Rodrigue.  Notre évêque les a baptisés, confirmés et communiés pour la première fois.  Dans quelques minutes, nous allons vivre le baptême du petit Joshua, lui aussi d'origine africaine et dont le papa fait partie de notre chorale.  Cette après-midi c'est la petite Mara, elle aussi africaine que nous baptisons.  Là aussi, ce sont des signes de résurrection !

Ces derniers jours, le 23 mars dernier, dans le sud de la France, le colonel  de gendarmerie Arnaud Beltrame a  pris la place d'une otage qu'un extrémiste islamiste voulait assassiner. C'est avec émotion que j'ai lu le message sur internet de son épouse qui évoquait sa conversion à la foi chrétienne.  C'est au nom de cette foi qu'il a donné sa vie !

Là aussi ce sont des signes de résurrection !

Merci à vous tous d'être le visage du Ressuscité dans notre aujourd'hui !  « Celui qui aime son frère demeure dans la lumière » a écrit saint Jean.

Merci pour l'Evangile vivant et lumineux que vous êtes !  Christ est ressuscité !  Alléluia !


Abbé Jean-Marie JADOT

Normal 0 21 false false false FR-BE X-NONE X-NONE /* Style Definitions */ table.MsoNormalTable {mso-style-name:"Tableau Normal"; mso-tstyle-rowband-size:0; mso-tstyle-colband-size:0; mso-style-noshow:yes; mso-style-priority:99; mso-style-parent:""; mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt; mso-para-margin-top:0cm; mso-para-margin-right:0cm; mso-para-margin-bottom:8.0pt; mso-para-margin-left:0cm; line-height:107%; mso-pagination:widow-orphan; font-size:11.0pt; font-family:"Calibri",sans-serif; mso-ascii-font-family:Calibri; mso-ascii-theme-font:minor-latin; mso-hansi-font-family:Calibri; mso-hansi-theme-font:minor-latin; mso-bidi-font-family:"Times New Roman"; mso-bidi-theme-font:minor-bidi; mso-fareast-language:EN-US;}