Parking autour de St-Martin

La zone bleue a été étendue tout autour de l'église, rue du Transept et rue J. Koch. N'oubliez pas de mettre votre disque de stationnement !


Homélie du dimanche 18 février 2018 - 1er dimanche de Carême PDF Imprimer Email
Année 2018

J'aurais envie de commencer le commentaire des lectures de ce premier dimanche de Carême par un petit clin d'œil aux couples de notre assemblée ! Regardez votre alliance... ou touchez-la... ou simplement pensez-y un instant ! Au-delà du bijou, elle est un signe et un symbole d'un engagement "impressionnant" que vous pris il y a 6 mois, 10 ans ou 60 ans peut-être ! Quel défi que celui de transformer un coup de foudre, une passion en engagement, en fidélité et en don de soi ! Je pense aussi à vous qui êtes veufs ou veuves et qui sans doute portez aujourd'hui deux alliances au doigt : le signe de l'amour plus fort que la mort !

À travers ce symbole qui nous parle simplement, nous redécouvrons toute la signification profonde et prophétique du sacrement de mariage : signifier l'Alliance de Dieu et de l'humanité, la fidélité inconditionnelle de l'amour de Dieu. Certes, c'est un idéal qui nous dépasse parfois mais dont nous avons tous besoin, même et surtout ceux qui ont pu connaître l'échec ou qui ont été victimes de l'infidélité. Cet idéal est une lumière qui doit rester notre critère pour toujours repartir ou reconstruire du neuf.

Si je vous parle de cela aujourd'hui, à cette première étape de Carême, c'est parce que la Parole de Dieu que l'Église vient de nous faire entendre dresse en quelque sorte "un portillon lumineux" au point de départ de ce chemin de montée vers Pâques. En un temps où il ne fait pas bon être chrétien - c'est la version médiatique du moment - le Carême de cette année est peut-être plus que jamais une occasion à ne pas manquer pour redécouvrir toute la beauté et la force de notre foi chrétienne. C'est une invitation à nous remettre en route, chacun personnellement... mais aussi ensemble ! Renouveler vos enthousiasmes, remettre en question nos choix et nos valeurs, nous convertir et retrouver la joie de suivre Jésus... en somme, vivre un temps de désert salutaire !

Ce "portillon lumineux" dressé au départ de la route de Pâques, c'est l'Arc-en-ciel de la fin du déluge, le signe que Dieu a donné à Noé et, à travers lui, à toute l'humanité et à toute la création, le signe de son Alliance et de sa fidélité indéfectibles, par-delà toutes nos infidélités. L'Arc-en-ciel dont parlait la première lecture de ce jour est le premier signe de l'Alliance, de la fidélité divine.

Cette Alliance est devenue "nouvelle et éternelle" avec Jésus, à l'heure où il verse son sang pour la multitude des hommes. C'est ce que nous revivons à chaque eucharistie, à la consécration et à la communion au sang du Christ. ("Ceci est le signe de l'alliance nouvelle et éternelle...")

Frères et sœurs, à l'aube d'une nouvelle montée vers Pâques, je vous souhaite à chacun (comme à moi aussi!) de vivre ces quelques semaines comme une chance qui nous est offerte de renforcer voire de renouer toutes nos alliances : l'alliance avec Dieu bien sûr... mais aussi toutes les alliances humaines qui nous font vivre : nos amours, nos amitiés, nos engagements !

Que les trois propositions du mercredi des Cendres (la prière, le partage fraternel et le retour à une vie plus simple - ce que Jésus appelle le "jeûne") nous aident à rendre plus lumineuses nos vies de baptisés ! Bon Carême à tous... sous le signe de l'Alliance !


Abbé Jean-Marie JADOT