Et les travaux  à St Martin ?

La restauration des bas-côtés situés au N-E se termine. Les travaux de charpente et de toiture sont finis. Les pierres sont nettoyées. Les échafaudages sont en grande partie démontés.

Nous pouvons apprécier, de la rue,  le travail réalisé.

Le baptistère a également reçu un sérieux lifting : nouvelle toiture, pierres nettoyées y compris le replacement de 3 pierres de la balustrade.

Les échafaudages vont bientôt être enlevés. Les travaux d'égouttage vont ensuite commencer.

Dans l'ombre,  des travaux ont également lieu comme des travaux de menuiserie et de rejointoiement dans les combles, débloquer des portes, peinture, ...

La tranche 3 de ce 2e marché commence après les congés. Elle correspond à la restauration des bas-côtés Sud.

L'étude du marché 3 est aussi bien avancée. Il consiste en la restauration de la flèche de croisée. Les plans de montage de l'échafaudage sont terminés. La flèche pourra être démontée !


Homélie du dimanche 21 janvier 2018 PDF Imprimer Email
Année 2018

Nous sommes, en ce 21 janvier, au plein milieu de la semaine de prière pour l'unité des chrétiens de toutes confessions, de rites, de sensibilités et de traditions différentes.  L'unité dans l'amour, nous le savons tous par expérience, c'est un rêve éternel parfois si difficile à vivre dans le réel de nos vies et de nos relations.

Si nous voulons vivre aujourd'hui de vraies et belles valeurs, particulièrement l'Amour et l'Unité, il nous faut accepter de vivre des transformations, parfois des petites, parfois des grandes.

Le bonheur - le bonheur éternel comme le bonheur présent- a un prix : accepter de se remettre en question, de « se convertir » pour reprendre les mots de Jésus au tout début de sa mission, les mots de l'évangile de ce dimanche.  Se convertir, c'est se laisser transformer par le Christ, par sa Parole interpellante. «Convertissez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle ».

Dans un monde qui semble si souvent en perte de sens, de repères et d'horizon, peut-être jamais autant qu'aujourd'hui, nos contemporains et nous-mêmes avons besoin d'entendre et réentendre ce raccourci saisissant de ce projet divin pour lequel Jésus est sorti et pour lequel il engage des volontaires « sommés », pourrait-on dire de répondre sur le champ.  Oui plus que jamais, Jésus engage des pêcheurs d'hommes. Pour proclamer ces mots de feu : « Convertissez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle ».

Se convertir, accepter de se remettre en question et aussi croire à la Bonne Nouvelle, faire confiance à la Parole de Jésus.  Voilà le point de départ, les conditions basiques de toute vie chrétienne, de tout engagement chrétien.

Si nous voulons donner du sens à notre vie, si nous avons l'audace et le courage, comme des pêcheurs d'hommes, d'oser transmettre cette Bonne Nouvelle  à ceux et celles que nous côtoyons.

Si les Eglises chrétiennes espèrent avancer au chemin de l'Unité, il faut qu'à tous les niveaux - de Rome à Arlon - chacun et chacune remettent chaque jour dans sa vie ces 2 valeurs fondamentales et incontournables : la conversion et la foi... La remise en question permanente et la confiance risquée dans la Parole de Jésus !

A vous tous, frères et sœurs, mes amis qui avez fait le choix, ce dimanche encore, de venir au rendez-vous de l'Eucharistie, je vous souhaite beaucoup de joie à suivre le Christ aujourd'hui, même si c'est une joie exigeante... qui peut aller jusqu'à donner sa vie... par folie d'amour !

L'Unité des chrétiens fait partie de ce choix d'aimer !   Comme l'a écrit le Métropolite Athénagoras de Belgique pour ouvrir cette semaine de prière pour l'Unité : « En ce début d'année, nous laissons, nous chrétiens, nos différences et revenons vers nos communes racines, à l'époque de l'unique Eglise du Christ.  Même si nos différences élargissent le fossé entre nous, nous nous devons de prier pour que nous puissions tous coexister sous la protection de Dieu notre Père commun.

Alors nous deviendrons comme les doigts de la main.  Chacun d'entre nous peut fonctionner de manière indépendante, mais nos racines communes nous unissent et nous invitent à nous battre contre les défis et difficultés modernes de notre monde pour les dépasser.  Là se situe la beauté du christianisme.  Divisé, mais qu'il puisse parler d'une seule voix, qu'il puisse suivre une seule voie et qu'il puisse répondre d'un seul geste aux problèmes de notre époque.  Telle la main avec les doigts ! »

Jean-Marie JADOT