Grande récolte de dictionnaires français et anglais
et de manuels de sciences, physique, chimie, biologie, menuiserie et électricité.

À déposer à la librairie du CDD, rue de Bastogne 46 (Arlon)

Ils seront redistribués aux élèves de Lokolama (Congo).

Merci pour eux !

Homélie du dimanche 5 novembre 2017 PDF Imprimer Email
Homélies 2017

Frères et sœurs, la liturgie de ce dimanche nous fait entendre le cri du cœur partant de Malachie à Jésus concernant les contre-témoignages, les mauvais exemples, les fausses images, la recherche du pouvoir et de la richesse, la course aux honneurs et privilèges, l'autoritarisme (l'abus de pouvoir), la corruption, l'hypocrisie, la vanité...


Autant des thèmes d'actualité, des réalités que nous côtoyons au quotidien en société, dans nos milieux de vie. En lisant les journaux, en regardant la télévision, en vivant ce qui se passe au tour de nous, nous nous rendons compte que la Parole de Dieu s'applique aussi à notre monde d'aujourd'hui. Les reproches adressés aux chefs religieux et à ses disciples sur le pouvoir, le paraitre, les lourdes pratiques, l'argent nous concerne aussi aujourd'hui. "Vous n'avez qu'un seul Maître, le Christ". Le Christ est le Maître de notre cœur. Il nous invite à écouter notre cœur, notre conscience. Il est venu prêcher une humanité nouvelle, présenter une nouvelle forme de vivre ensemble en fraternité, rappeler le respect et l'égalité des personnes. Il nous dit : la loi de Dieu est inscrite au fond du cœur. Car, il est toujours facile ou tentant de ne pas écouter cette voix et se laisser attirer par le désir du pouvoir ou l'appât du gain, de porter des titres d'honneur : "Éminence", "Excellence", "Révérendissime", "Votre Grandeur", "Sa Majesté". Le pape François, depuis son élection, s'est démarqué des titres : "Pape", "Souverain Pontife", "Sa Sainteté"..., pour préférer ceux d'"Évêque de Rome", de "Serviteur des serviteurs de Dieu", de "Frère parmi ses frères et sœurs". Il a choisi la voie de la simplicité pour se mettre au service de ses frères en humanité. Ainsi, l'autorité du Christ est exclusivement une autorité de service et de la libération : il accueille, il sert, il aime, il donne à manger, il partage, il pardonne, il guérit, il remet debout, il libère, il donne une deuxième chance, il ouvre un avenir... Il suffit de regarder s'épanouir ceux et celles qui rencontrent Jésus : la Samaritaine, Zachée, Marie-Madeleine, les aveugles, les lépreux...

Paul nous rappelle que l'Église est une communauté de frères et de sœurs unis dans une même foi. Notre vie, nos actes doivent être en accord avec nos paroles et avec notre foi. Lui-même nous donne l'exemple. Il aime et sert avec humilité du cœur sa communauté de Thessalonique. Un bon responsable est «plein de douceur, comme une mère avec ses nourrissons». Il est rempli d'«affection» pour eux, voulant leur donner «non seulement l'Évangile» mais tout ce qu'il est lui-même. Les ministères dans l'Église sont des services du peuple de Dieu et non des prises de possession. Il nous faut toujours revenir à l'esprit de l'Évangile.

Nous devons garder à l'esprit que la valeur d'une personne ne vient pas de ses titres, de son pouvoir ou de ce qu'il possède mais de la qualité de son cœur, de la passion qui l'anime et la fait vivre. La plus belle heure de notre vie sera celle où nous aurons le plus aimé et servi dans l'humilité du cœur.

Selon un homme d'Église : «Dans chaque paroisse, il devrait y avoir bien en vue un grand tablier comme symbole du service que les chrétiens doivent rendre aux autres. Le tablier est le seul vêtement liturgique mentionné par Jésus. S. Jean nous dit que le soir du Jeudi Saint, pendant la première eucharistie, le Seigneur se mit un tablier et il commença à laver les pieds de ses apôtres!» C'est en pratiquant l'autorité de service proposée par le Christ, en voulant que l'autre grandisse et non en voulant le (la) rabaisser que nous donnerons un signe d'amour et de tendresse de Dieu aux gens qui sont autour de nous. Comment pouvons-nous alors témoigner, mettre en valeur notre autorité, notre responsabilité et les inculquer à la jeunesse, à nos enfants comme un service par amour dans l'humilité du cœur ?

Que l'Esprit-Saint nous accorde la grâce de développer en nous, dans nos communautés, dans nos familles des attitudes d'humilité qui favorisent le partage, le service, l'amour, l'entraide, la compassion, la miséricorde dont notre monde d'aujourd'hui a tant besoin.


Abbé Jean-Claude BAMBELE - Vicaire à Saint-Martin