Le futur vitrail de l'église St-Martin à Arlon: une trace pour l'avenir

En 2014, l'église Saint-Martin d'Arlon fêtait ses cent ans. Parmi les projets retenus pour célébrer l'anniversaire: celui d'un nouveau vitrail sur le thème du ''Matin de Pâques''. Si la réalisation est toujours en cours, une première partie de l'œuvre a déjà été installée récemment. Etienne Tribolet, maître-verrier, poursuit le travail ''pour la communauté présente et à venir''.

Les premiers contacts entre l'abbé Jean-Marie Jadot et Etienne Tribolet - maître-verrier à Honnay, près de Beauraing - remontent à 2007. À l'époque, le doyen d'Arlon et le comité de sauvegarde de l'église Saint-Martin réfléchissaient aux possibilités de commémorer le centenaire de l'édifice. En déc

idant de remplacer le vitrail blanc situé au-dessus de l'entrée principale, les responsables de la paroisse faisaient le choix non seulement d'enrichir le patrimoine culturel de leur église mais également de laisser aux générations futures une trace du siècle en cours.
Etienne Tribolet (photo) est une personnalité bien connue dans le monde du vitrail. Il compte à son actif de nombreuses réalisations: la verrière de la pro-cathédrale  anglicane de Bruxelles, les vitraux du chœur de l'église Saint-Sébastien d'Annapes de Villeneuve d'Ascq (diocèse de Lille), ceux de la brasserie de l'abbaye Saint-Rémy de Rochefort, de l'église Saint-Materne d'Anthée ou encore de l'église Saints-Pierre-et-Paul de Thy-le-Château. Autant de références qui ont conduit la paroisse Saint-Martin à lui confier, elle aussi, son ambitieux projet.

''Matin de Pâques'', thème du nouveau vitrail

lire la suite

Homélie du dimanche 19 février 2017 PDF Imprimer Email
Homélies 2017

Depuis 4 semaines, nous relisons le premier grand enseignement que Jésus a donné à ses apôtres et à la foule rassemblée sur la montagne. Il commence par souhaiter à tous d'être heureux. La première béatitude donne magnifiquement le ton du bonheur que Dieu nous propose : "Heureux celui qui fait une place à l'autre dans son cœur !" La réponse au bonheur que Dieu nous offre, c'est de nous aimer les uns, les autres.

Pour donner du goût et une lumière à l'humanité, Jésus nous demandait, le dimanche suivant, de rayonner autour de nous le bonheur d'aimer : "Soyez le sel de la terre et la lumière du monde !"

Déjà dans la foi du peuple d'Israël, il y avait cette invitation à vivre ensemble dans l'amour. "Je ne suis pas venu abolir la loi et les Prophètes, mais accomplir" disait Jésus il y a 8 jours. Cet accomplissement a atteint son sommet à l'heure de la croix quand il donne sa vie par amour.

Ce dimanche, Jésus en remet encore une couche en nous demandant de ne pas répondre au mal par le mal et d'aller jusqu'à aimer nos ennemis ! C'est toute l'humanité que Jésus rêve de réconcilier ! Tous sont "mon prochain"... même ceux qui sont différents de moi !

À l'époque de Jésus, ceux qui ne faisaient pas partie de la communauté matinale et religieuse d'Israël étaient perçus comme des ennemis. C'est ce que Jésus demande de dépasser. Lui, en sa vie et sa mort, a réconcilié toute l'humanité. En Lui, le prochain prend le visage de quiconque et de n'importe qui.

Pas simple... me direz-vous ! À toutes les époques et aux 4 coins du monde ! C'est vraiment un don à demander, avec foi, dans la prière et à recevoir dans l'Eucharistie : laisser l'amour l'emporter dans notre vie et dans la vie du monde.

"Devenir parfaits comme notre Père céleste est parfait", c'est un travail de toute une vie pour comprendre l'autre, l'aider... et se donner à lui...


Abbé Jean-Marie JADOT