Et les travaux  à St Martin ?

La restauration des bas-côtés situés au N-E se termine. Les travaux de charpente et de toiture sont finis. Les pierres sont nettoyées. Les échafaudages sont en grande partie démontés.

Nous pouvons apprécier, de la rue,  le travail réalisé.

Le baptistère a également reçu un sérieux lifting : nouvelle toiture, pierres nettoyées y compris le replacement de 3 pierres de la balustrade.

Les échafaudages vont bientôt être enlevés. Les travaux d'égouttage vont ensuite commencer.

Dans l'ombre,  des travaux ont également lieu comme des travaux de menuiserie et de rejointoiement dans les combles, débloquer des portes, peinture, ...

La tranche 3 de ce 2e marché commence après les congés. Elle correspond à la restauration des bas-côtés Sud.

L'étude du marché 3 est aussi bien avancée. Il consiste en la restauration de la flèche de croisée. Les plans de montage de l'échafaudage sont terminés. La flèche pourra être démontée !


Homélie du dimanche 18 décembre - 4e dimanche de l'Avent PDF Imprimer Email
Année 2016

En ce 4eme dimanche de l'Avent, l'évangile nous parle de Joseph qui fait confiance aux signes déroutants de l'enfant conçu mystérieusement en Marie. "L'enfant qui est engendé vient de l'Esprit saint " dit l'évangile.
Joseph, en homme biblique savait que Dieu pouvait se manifester en songes comme auparavant à ses Pères Isaac, Jacob et tant d'autres. Dans son épreuve, Joseph découvrait ainsi Marie avec les yeux de Dieu. Il a su accepter l'inattendu de Dieu. Il est devenu l'icône de celui qui aime comme le Père céleste aime.
Saint Joseph est celui qui aime. Son amour n'attend rien en retour. Son amour est gratuit. Il est heureux du bonheur de l'autre car le don de soi n'est pas souffrance quand on est en Dieu. Il est action de grâce. C'est ainsi que le chemin d'aimer que Dieu montre aux hommes est incarné par Joseph. Voilà pourquoi Dieu lui confie la garde de ses trésors les plus précieux et les plus grands, dit le concile Vatican II.
N'est-ce pas à son ombre de père adoptif que l'Enfant Jésus va pleinement épanouir son humanité. Joseph donne à l'enfant son nom qui est aussi sa mission : Jésus qui signifie le "Seigneur sauve". Dans l'Ecriture, donner un nom à quelqu'un, c'est lui donner une existence personnelle et reconnue. C'est le situer dans l'histoire des hommes. Ainsi par l'accueil paternel de Joseph, Jésus entre légalement dans la famille de David qui, de génération en génération, pendant 1000 ans a gardé l'espérance de la venue du Messie. Il faut que Joseph accueille Marie et donne un nom à l'enfant pour que l'on puisse reconnaître la présence du Fils de Dieu parmi nous, en le situant dans l'Histoire Sainte grâce aux prophètes.
Voilà le grand mystère qui est évoqué dans l'évangile d'aujourd'hui. Marie et Joseph sont au coeur de la vie de l'Eglise. Ils nous aident à comprendre la beauté de notre vocation de chrétien. Ils nous rappellent que nous sommes responsables de Noël et que le monde peut reconnaître le Sauveur, s'il est porté par le témoignage des croyants dans la fidélité, l'espérance et le don de soi.

Mes amis, vous qui allez vivre au milieu de cette communauté votre entrée en catéchuménat, vous avez parcouru un long chemin qui vous a conduit à demander le baptême et la confirmation et à vouloir vous y préparer. Comme pour Joseph, Dieu a dû faire irruption dans votre vie. Et vous avez avec sa grâce su accepter l'inattendu de Dieu. Nul n'a vraiment la foi, s'il ne laisse pas Dieu bouleverser sa vie. Réagir en vrai croyant, c'est accepter de se laisser déranger pour faire place au plan de Dieu. Et comme nous l'avons vu pour Joseph, le Seigneur le fait avec beaucoup de délicatesse et de tendresse. C'est lorsque la grâce de Dieu qui anime notre vie de chrétien est nourrie de la Parole de Dieu et célébrée dans les sacrements, c'est alors que nous pouvons reconnaître avec assurance la présence du Christ au milieu de nous et l'appeler par son nom. Et à sa suite, porter fidèlement le nom de chrétien.
Je souhaite à chacun de vivre en profondeur le mystère de la nativité du fils de Dieu. Et d'ores et déjà, je vous souhaite un joyeux Noël.


† Rémy Vancottem