Abonnez-vous au journal paroissial « Carillons de Lorraine »

par porteur (à Arlon) 15 €,

par la Poste (en Belgique) 25 €

à remettre au secrétariat ou à verser sur le compte BE61 1096 5254 5917 de  la paroisse St-Martin


Homélie du mardi 1er novembre 2016 - Toussaint PDF Imprimer Email
Année 2016

Les saints, tous ceux qui ont été disciples du Christ à un titre remarquable, nous les égrainons un à un, au cours de l'année liturgique. Même au point météo, on les évoque... même si on tente de mettre de côté leur titre de "saint" !

Aujourd'hui, l'Église les fête tous ensemble, comme pour accentuer l'effet de masse. C'est tout le peuple de Dieu qui est appelé à la sainteté. Le texte de l'Apocalypse de saint Jean nous y porte : "J'ai vu une foule immense". C'est une foule - où l'appel retentit pour nous aussi - que nous sommes venus célébrer aujourd'hui.

Le point focal de la liturgie de ce jour, c'est bien cette merveilleuse page de l'évangile de Matthieu qui retentit comme une immense invitation au bonheur et qui illumine la fête de tous les saints.

C'est bien cette fête du bonheur selon Jésus qui doit éclairer le jour de prière pour nos défunts et non l'inverse.

L'évangile des Béatitudes ne vient-il pas de placer la foi au cœur des aspirations des hommes et aussi de toutes les contradictions de la vie.

Proclamer heureux les pauvres, ou ceux qui pleurent, ou les affamés de justice, n'est-ce pas mettre au jour la vocation subversive de la foi chrétienne ?

On a tant fait reposer la foi sur un système dogmatique qu'on a peut-être oublié qu'elle est une provocation, une alternative dérangeante à toutes les propositions de bonheur mondain qui se fondent sur l'argent, le prestige, le pouvoir... tant d'illusions du bonheur qui méprisent souvent le bonheur des autres !

La fête de ce jour, n'est-ce pas la fête de tous ceux-là qui à travers les siècles, comme en ce début de millénaire, ont été assez fous pour choisir la pauvreté évangélique par amour de Dieu, "l'unique trésor"... et par amour des pauvres et des petits, des exploités, des réfugiés et des mal-aimés dont ils ont voulu épouser la condition quotidienne.

Aujourd'hui, c'est la fête des passionnés de justice et de réconciliation, de transparence et de paix ! C'est la fête de tous ceux qui ne parviennent pas à se taire devant les exclusions, l'injustice et l'exploitation de l'homme ! C'est la fête de tous ceux qui sont amoureux du bonheur des autres, tous ceux qui ne comptent pas et qui ont un cœur "grand comme ça" !

Ce bonheur-là, il ne s'explique pas ! Il se vit ! Il se contemple sur des visages... des visages qui portent des traces de la sainteté de Dieu, la foule de tous les saints "qui se tiennent devant le Trône de l'Agneau, en vêtements blancs, des palmes à la main" !

Tous ces frères et sœurs aînés, aujourd'hui nous disent simplement : Viens, toi aussi ! Entre dans la ronde des gens heureux, heureux du bonheur de Dieu ! Il y a une place pour toi aussi ! Peut-être certains parmi vous "hurlent-ils" intérieurement en m'entendant parler de bonheur parce que leur bonheur à eux a été brisé, déchiré par un drame de la vie. Aussi difficile qu'il soit possible de dire cela, à vous aussi, Jésus dit : "Heureux ceux qui pleurent ! Je viens habiter votre souffrance pour la transformer avec vous en Vie et en Amour". Rien ne nous arrive qui ne nous parle d'amour... Pour toi aussi, il y a une place au cœur de Dieu !


Abbé Jean-Marie JADOT - Doyen de Saint-Martin