Abonnez-vous au journal paroissial « Carillons de Lorraine »

par porteur (à Arlon) 15 €,

par la Poste (en Belgique) 25 €

à remettre au secrétariat ou à verser sur le compte BE61 1096 5254 5917 de  la paroisse St-Martin


Homélie du dimanche 30 octobre 2016 PDF Imprimer Email
Année 2016

Le thème de ce dimanche fait suite à ceux des deux dimanches précédents et nous parlent de la prière. Si la prière peut être une adresse du priant à Dieu ou à son Dieu, dans les lectures d'aujourd'hui il est plutôt question de la réponse ou de l'attitude de Dieu vis-à-vis du priant. Le ton est donné dès la première lecture où il est dit que Dieu est attentif à la prière de chacun de ses enfants, qu'il ferme les yeux sur leurs péchés, pour qu'ils se convertissent, qu'il aime tout ce qui existe et n'a de répulsion envers aucune de ses œuvres....


Autrement dit, Dieu veut que tous les hommes soient sauvés. Il a envoyé son Fils sauver ce qui était perdu. Il aime, avec une certaine préférence ceux qui pourraient s'égarer loin de lui. Sa gloire, et sa joie consistent en ce que l'homme créé comme le chef d'œuvre de toute création, vive à jamais au lieu d'être anéanti par son péché. Cette attitude de Jésus était souvent considérée comme un scandale par ses fidèles et les bien-pensants de son époque. C'est le cas dans la rencontre avec Zachée racontée dans l'évangile d'aujourd'hui.

Zachée est petit de taille,  nous dit le texte. Il ne s'agit pas forcément ou pas seulement de petite taille comme grandeur de l'individu ! Mais il s'agit surtout de sa ‘'petitesse''  par rapport à sa vie, à la fonction qu'il occupe, à sa richesse qui l'isole et de son manque d'estime des gens. Il est petit par le fait qu'il vit une situation d'exclu, un peu rejeté par les autres. Il se retrouve ainsi seul sur son arbre, isolé, à l'écart, rejeté, loin de cette foule qui ne lui facilite pas l'accès à Jésus, au contraire.

Seul Jésus porte sur lui un autre regard. Pour Jésus, Zachée n'est ni petit, ni riche. Il ne l'enferme pas dans ces catégories : il est Zachée tout simplement. Cette rencontre va transformer la vie de Zachée. Il ne va pas abandonner son métier, c'est son gagne-pain et il faut être réaliste : il doit continuer à vivre. Ce qui va changer, c'est le rapport de Zachée à l'argent. Si celui-ci permettait à Zachée de dominer les autres les considérant comme des objets à son service, ce qui brisait toute relation, désormais l'argent va aider Zachée à rétablir de vraies relations avec son entourage et devient signe du don gratuit de Dieu.

Le salut est venu dans cette maison, dit Jésus. Il n'est pas venu culpabiliser Zachée, mais l'aider à renaître et à entrer dans une vraie liberté par rapport à ses biens : une liberté qui le rendra plus humain. En cette journée où nous avons une intention particulière pour tous nos défunts de cette année, nous rendons grâce à ce Dieu en qui ils demeurent éternellement, ce Dieu dont nous parle le livre de la Sagesse, le Dieu de St Paul qui n'exclut ni ne rejette personne.


Abbé Wenceslas MUNGIMUR - Vice-Doyen de Saint-Martin