Fête nationale du 21 juillet

Célébration interconfessionnelle à 10h à St-Martin

Homélie du dimanche 3 juillet 2016 PDF Imprimer Email
Année 2016

Eh oui ! Pour moi, les vacances sont finies ! Pour les enfants et les jeunes et un certain nombre d'adultes parmi vous, elles viennent de commencer ! Ce weekend, plusieurs camps de jeunes viennent de démarrer !

Je ne doute pas que beaucoup parmi vous rêvent de lâcher du lest et de se reposer, de partir à la plage ou à la montagne, de découvrir un coin du monde inconnu, ou tout simplement de vivre autre chose que le quotidien !...

Et voilà que l'évangile de ce premier dimanche de juillet veut nous embarquer pour des grandes manœuvres de la mission chrétienne..., nous mettre en route pour "une moisson abondante" !

Dans l'évangile de Luc, Jésus n'envoie pas seulement les Douze - l'escadron spécialisé pour œuvrer en première ligne - mais aussi les Soixante-Douze, chiffre symbolique qui, dans le Judaïsme, désignait la totalité des nations païennes. Tous les baptisés, tous les disciples du Christ - quels que soient leur race ou leur nationalité - sont envoyés pour une mission universelle.

Pour porter à l'humanité la Bonne Nouvelle de Jésus, l'Évangile de l'Amour, l'enthousiasme de la première génération chrétienne doit toujours être réactualisée... à notre époque peut-être plus que jamais !

Si Dieu est notre Père, il est aussi notre mère à tous. Comme le disait avec poésie la lecture d'Isaïe que nous venons d'écouter : Dieu rêve toujours de porter l'humanité dans ses bras et de la caresser sur ses genoux.

Pour annoncer ce Dieu dont l'amour donne sens à la vie de l'homme, il faut des croyants qui acceptent d'être témoins de cet amour, qui osent croire que leur vie peut parler de Dieu et donner sens à la marche de l'humanité. Oui, la mission est toujours d'actualité !

Pour réaliser cette mission, Jésus nous envoie sur les routes. La route de Jésus est omniprésente dans les évangiles et la plus symbolique est sans doute la route d'Emmaüs qui conduit les deux disciples à la table où leurs yeux s'ouvrent sur le mystère du Christ, le soir de Pâques.

Pour prendre la route des rencontres souhaitées ou inattendues, Jésus met trois conditions.

La première, c'est commencer par prendre un moment pour prier. Prendre le temps de confier notre mission à Dieu et déjà prier pour ceux qui prendront le relais après nous !

La deuxième condition, c'est de se désencombrer pour partir ! Il faut être libre pour savoir recevoir de nos hôtes en cours de route, pour accepter d'être aidés par les autres. Ce que nous avons à offrir de plus précieux, c'est d'abord la Paix de Dieu ! "Paix, à cette maison" ! La paix est le point de départ de la fraternité et de la confiance en l'amour de Dieu.

La troisième condition, c'est justement le témoignage de la fraternité. Jésus nous envoie deux par deux. Notre témoignage est un témoignage fraternel, de couple, d'amis, de communauté, d'Église. Il faut au moins être deux pour que l'amour s'exprime.

Alors, bonne route les missionnaires ! Voilà des paroles d'Évangile qui peuvent donner sens et lumière à nos routes de vacances ! Quelle joie de découvrir que la qualité d'une rencontre peut apporter la paix et la guérison des blessures du cœur et de l'âme... et même ouvrir à la Présence de Dieu.


Abbé Jean-Marie JADOT - Doyen de Saint-Martin