L'Avent coïncide cette année avec les 70 ans
de la Déclaration universelle des droits humains .

Souvent oubliés, remis en question, les droits humains ne sont ni un luxe ni un acquis : ils sont un combat de chaque jour, notamment pour vaincre l'exclusion sociale et la pauvreté. Pour le chrétien, ils font écho au message de l'Évangile.

La pauvreté est à la fois une atteinte aux droits humains et la conséquence du non-respect de ces droits. En cette année anniversaire, plus que jamais, nous sommes invités à regarder autrement les exclus de la société, celles et ceux dont on oublie les noms et auxquel-les on appose des étiquettes : sans-abri, sans-emploi, sans-papiers... Comme si ces personnes n'existaient qu'à travers ce dont elles et ils sont dépourvus, au mépris de leurs potentialités.


Lire la suite...
Homélie du dimanche 29 mai 2016 - Fête du Corps et du Sang du Christ PDF Imprimer Email
Année 2016

Le Saint-Sacrement du Corps et du Sang du Christ. Eucharistie, présence de Dieu parmi nous dans l'amour et le partage fraternel.

La fête d'aujourd'hui, appelée  ‘fête du Saint-Sacrement du Corps et du Sang du Christ', ou ‘Fête-Dieu' ou encore ‘fête de l'Eucharistie', est aussi la fête de la  fraction du pain. C'est la fête de l'amour de Dieu qui se donne, qui nourrit, qui se partage...
Nous venons à la messe, parce que nous avons envie de nous ressourcer, de nous nourrir de la Parole de Dieu et du Corps du Christ. C'est une bonne chose. Mais cela n'est pas suffisant.
Comme le disait St Augustin : « Deviens ce que tu reçois »..., il nous faut assimiler la vie du Christ, la vie de don et de partage fraternel. Il s'agit de vivre cette unité avec lui, en nous et autour de nous, en rapport avec notre monde d'aujourd'hui.

Nourris par la Parole de Dieu et le Corps du Christ, grâce à notre participation à la même Eucharistie, nous sommes appelés à partager, entre nous, ce que nous vivons. Ouvrir nos oreilles, nos yeux, notre cœur, pour ne pas passer à côté de nos frères et sœurs, et partager avec eux leurs peines, leurs soucis, leurs joies, leurs espoirs.
C'est magnifique, cette expérience qui se réalise dans notre église où nous vivons des moments d'échanges conviviaux. En se disant bonjour les uns les autres, en se parlant, en se confiant nos soucis... Et même en se retrouvant encore, plus longuement, après la messe, pour partager et échanger.
Une communauté dont les fruits de l'amour et du partage se répercutent à plus de 8000km, à Lokolama au Congo.  Il serait anormal qu'il y ait parmi nous de la misère sans que personne ne s'en occupe.   C'est un peu le reproche que St Paul fait à la communauté de Corinthe. Alors que de son temps tout était mis en commun dans un vrai partage, lorsqu'elle se réunissait pour célébrer l'Eucharistie, voilà qu'elle s'est divisée et a éclaté en du chacun pour soi. Chacun apporte son repas et, au lieu de partager, mange dans son petit coin. Il y en a même qui s'enivrent et qui font des excès de table pendant que d'autres n'ont rien pour eux. Paul leur rappelle l'exemple du Christ qui, non seulement, a partagé le pain et le vin, mais aussi sa propre vie comme offrande par amour pour nous sur la croix.

Ceci nous permet de mieux comprendre l'Eucharistie. À travers le pain rompu, Jésus offre sa propre manière de vivre comme une nourriture. Ce qui permet à ceux qui le désirent d'imiter sa vie. Il nous unit aussi à lui pour refaire un nouveau peuple, non plus le peuple de la première Alliance nourri par la manne mais un peuple nouveau nourri par la vitalité de l'Amour du Père. Et c'est avec nous, chacun avec ses ‘cinq pains' et ses deux ‘poissons', que Jésus compte réaliser cette mission. « Donnez-leur vous-mêmes à manger. » ; « ... Jésus prit le cinq et les deux poissons {...}, les rompit et les donna à ses disciples pour qu'ils les distribuent à la foule... »

Prions le Seigneur de nous aider, au-delà de l'hostie consacrée que nous recevons, à entrer en communion avec lui, présent en nous et au cœur de notre assemblée, pour faire corps avec Lui, en nous nourrissant de sa parole et de son amour et devenir, à notre tour, offrande de vie pour nos frères et sœurs.

Abbé Wenceslas MUNGIMUR - Vice-Doyen de Saint-Martin