L'Avent coïncide cette année avec les 70 ans
de la Déclaration universelle des droits humains .

Souvent oubliés, remis en question, les droits humains ne sont ni un luxe ni un acquis : ils sont un combat de chaque jour, notamment pour vaincre l'exclusion sociale et la pauvreté. Pour le chrétien, ils font écho au message de l'Évangile.

La pauvreté est à la fois une atteinte aux droits humains et la conséquence du non-respect de ces droits. En cette année anniversaire, plus que jamais, nous sommes invités à regarder autrement les exclus de la société, celles et ceux dont on oublie les noms et auxquel-les on appose des étiquettes : sans-abri, sans-emploi, sans-papiers... Comme si ces personnes n'existaient qu'à travers ce dont elles et ils sont dépourvus, au mépris de leurs potentialités.


Lire la suite...
Homélie du dimanche 27 mars 2016 - Pâques PDF Imprimer Email
Année 2016

Au regard du drame humain que notre pays a encore connu cette semaine, nous sommes sans doute tous d'accord pour dire qu'il y a urgence pour notre monde de retrouver la valeur du "vivre ensemble différents".

En ce dimanche de Pâques - plus que  jamais - j'ai envie d'ajouter que le message du Christ et le témoignage que nous avons à en donner doivent être une priorité dans nos vies.

En allant jusqu'à l'heure de la croix, Jésus nous a laissé un témoignage bouleversant. C'est jusque-là que Dieu nous aime, jusqu'à donner sa vie à l'autre et aux autres. La Résurrection, c'est la victoire de cet amour divin.

"Te donner tout !" Voilà ce que Dieu dit et qu'il a réalisé sur la croix du Vendredi saint ! En nous donnant son Fils unique, il nous a donné ! Folie que tout cela, diront certains ! Folie d'amour, diront d'autres !

Mais ce matin de Pâques, nous pouvons proclamer - c'est le cri de notre foi - : "miracle de l'Amour quand, au matin du tombeau vide "te donner mon tout" devient "tout recevoir en retour... même la Vie éternelle !"

Ce miracle est d'abord une victoire sur la peur, sur la tentation plus actuelle que jamais de fuir ou de déserter par opportunisme ou par lâcheté. Dans le climat que nous connaissons, rester cohérent avec sa foi au Christ est un peu un défi ! Pour résister, notre foi au Christ doit nécessairement devenir un Amour-passion (au sens fort du terme).

Frères et sœurs, mes amis de Pâques, (je pense tout particulièrement à tous les baptisés de ce weekend et à leurs familles) : osons croire à la puissance de la foi ! Les apôtres et les premiers témoins n'étaient pas des fabulateurs ou des illuminés mais des croyants, c'est-à-dire des hommes et des femmes qui ont cru à la quatrième dimension de leur être, que se sont laissé habiter par Dieu et par sa promesse d'avenir... pour reprendre les mots du théologien protestant Daniel MARGUERAT !

La présence symbolique de l'ange devant le tombeau vide exprime que nous sommes devant un événement du quatrième type. L'évangéliste nous fait signe : attention, ici on accède au sens ultime des choses et de l'histoire. "L'ange est porteur de la vérité de Dieu sur le monde : c'est pourquoi seuls les croyants peuvent savoir que le divin acteur dit vrai" (Daniel MARGUERAT).

L'apôtre Jean, celui qui le matin est arrivé le plus vite au tombeau, nous a laissé son témoignage : "Je vis et je crus".

Frères et sœurs, pour porter au monde une telle nouvelle, nous serons sans doute minoritaires, témoins souvent incompris et moqués. Les assauts sont particulièrement rudes aujourd'hui pour les chrétiens.

Il y a les murs de l'indifférence et de l'athéisme à renverser. Le fanatisme aussi ainsi que nos propres faiblesses de croyants. Déjà l'apôtre Paul écrivait : "Ce trésor, nous le portons dans des vases fragiles !"

Pourtant, ce trésor, portons-le, osons le vivre et l'annoncer ! Partons à la rencontre du Ressuscité dans notre Galilée d'aujourd'hui !

Baptisés, nous n'avons que faire d'être les conservateurs du passé, mais vivions en femmes et en hommes nouveaux, passionnés d'illuminer le présent et l'avenir de la marche du monde !

Abbé Jean-Marie JADOT - Doyen de Saint-Martin