Jusqu'au 18 août, le secrétariat paroissial ne sera ouvert que les mardis et vendredis matin.

Le CDD d'Arlon est fermé jusqu'au 5 août

Homélie du dimanche 21 février 2016 - 2ème dimanche de Carême PDF Imprimer Email
Année 2016

De quoi nous parle cet épisode de la Transfiguration de Jésus sur la montagne - là où il avait invité trois amis les plus proches à le rejoindre dans sa prière, cet événement-prière qu'il vivait régulièrement avec celui qu'il appelait « son Père » - (un épisode que nous relisons chaque année au 2ème dimanche de Carême) sinon de lumière, de beauté et de dialogue amoureux... La lumière, la beauté et le dialogue : trois perles précieuses de la vie des hommes dont nous manquons parfois cruellement.

Dans la grisaille de notre temps, face à tout ce qui enlaidit notre humanité et à tous les échecs de dialogue et de convivialité entre les peuples, les régions, les familles, les individus, l'Evangile de cette étape de Carême nous interpelle en profondeur.

  • Toi, que fais-tu pour rendre ce monde plus lumineux ou plus beau?
  • Es-tu un être de dialogue, d'écoute et de réconciliation?

Mais aussi :

  • Quand tu fouilles dans ta propre histoire, quels sont les moments qui ont illuminés ta vie? Qu'est-ce qui t'apporte la lumière? Qu'est-ce qui construit ton bonheur en profondeur?

Avec les trois apôtres Pierre, Jacques et Jean, nous entrons aujourd'hui dans la prière de Jésus. Celle-ci est bien autre chose qu'un moment de recueillement et d'introspection, un pur chemin à l'intérieur de lui-même - comme le proposent aujourd'hui bien de pseudo-mouvements spirituels -. La prière de Jésus que nous découvrons est un chemin qui conduit à l'Autre et aux autres. En définitive, la prière chrétienne ne débouche pas sur la rencontre de soi (même si c'est un moment obligé et important) mais elle conduit à l'écoute de l'autre, au dialogue aimant entre le Père et le Fils. Un dialogue qui rend le visage si beau que les apôtres diront : « On n'a jamais rien vu de si beau. » et que Pierre voudrait rester toujours là, toujours ! Les apôtres raconteront qu'ils ont vu Jésus parler avec Moïse, le libérateur et Elie, le familier de Dieu et le défenseur des pauvres.

Ils parlent diront-ils, de son départ qui allait se réaliser à Jérusalem, de l'énigme de Pâques, de l'au-delà du mal et de la mort. En entrant plus profondément dans « la nuée » (dans le mystère « divin » de Jésus), les apôtres découvrent que la nuée est « habitée », qu'au cœur du divin « on se parle », on se dit des mots d'amour : « Celui-ci est mon fils que j'ai choisi, mon bien-aimé. »

Ils pénètrent dans ce que les chrétiens appellent, après coup, « le dialogue trinitaire ».

Ceci est bien autre chose que du bla-bla pour spirituels chrétiens, des divagations théologiques. Nous touchons ici à l'originalité du christianisme et de la prière chrétienne en particulier : participer au dialogue d'amour du Père et du Fils... et puiser là, à cette source divine, la force et le courage pour changer le monde, lui proposer un chemin de lumière, de beauté et de dialogue. L'authentique prière chrétienne nous décentre de nous-mêmes, nous renvoie inévitablement aux autres. Elle nous préserve aussi de la tentation d'aller trouver Dieu uniquement quand nous en avons besoin, comme on va vers un distributeur automatique !

C'est là tout le bonheur auquel nous pouvons accéder et c'est l'espérance que nous pouvons offrir au monde !

Aussi, je vous laisse avec cette question abrupte : Est-ce que vous vous ménagez des espaces, des moments de prière dans votre vie ? Si c'est important, qu'est-ce que vous attendez pour commencer ? Des moments de transfiguration, nous en avons tous besoin !

Abbé Jean-Marie JADOT - Doyen de Saint-Martin