Et les travaux  à St Martin ?

La restauration des bas-côtés situés au N-E se termine. Les travaux de charpente et de toiture sont finis. Les pierres sont nettoyées. Les échafaudages sont en grande partie démontés.

Nous pouvons apprécier, de la rue,  le travail réalisé.

Le baptistère a également reçu un sérieux lifting : nouvelle toiture, pierres nettoyées y compris le replacement de 3 pierres de la balustrade.

Les échafaudages vont bientôt être enlevés. Les travaux d'égouttage vont ensuite commencer.

Dans l'ombre,  des travaux ont également lieu comme des travaux de menuiserie et de rejointoiement dans les combles, débloquer des portes, peinture, ...

La tranche 3 de ce 2e marché commence après les congés. Elle correspond à la restauration des bas-côtés Sud.

L'étude du marché 3 est aussi bien avancée. Il consiste en la restauration de la flèche de croisée. Les plans de montage de l'échafaudage sont terminés. La flèche pourra être démontée !


Homélie du jeudi 24 décembre 2015 - Messe de minuit PDF Imprimer Email
Année 2015

I have a dream! A l'instar de Martin Luther King, moi aussi, cette nuit, j'ai fait un rêve, un très beau rêve. Laissez-moi vous le raconter : les humains, toutes appartenances, religions, couleurs de peaux, ethnies, races et autres particularités confondues, se donnaient la main en chantant à tue-tête : «Si tous les gars du monde décidaient d'être copains, et partageaient un beau matin leurs espoirs et leurs chagrins... Si tous les gars du monde devenaient de bons copains et marchaient la main dans la main, le bonheur serait pour demain...»  (1957)


Ce serait si simple de décider une fois pour toutes que chacun a le droit de vivre ses valeurs et celui de penser et d'exister comme il le souhaite pour autant que cela ne nuise à personne. Les repères sont on ne peut plus simples ; il suffit, pour être sûr de rester dans les rails, d'appliquer la règle d'or ! « Ne fais pas à autrui ce que tu ne voudrais pas qu'il te fasse. » Nul besoin d'autre discours... Je crois avoir entendu dès mon enfance la référence à ce repère de la part de mes parents. J'ai toujours pensé que cette règle, prônée dans toutes les religions du monde est vraiment très facile à appliquer !
Il n'y a pas que dans les gestes que nous sommes cruels, souvent les jugements, les à priori dont nous ne voulons pas démordre, les amalgames, les soi-disant bonnes manières, les paroles dédaigneuses, voire haineuses que nous portons vis-à-vis de ceux qui agissent ou pensent autrement que nous, laissent des blessures souvent inguérissables.
Mon rêve de Noël serait donc que chacun et chacune d'entre nous, à commencer par moi, réfléchissions avant de parler des autres, puisque nul ne connait le cœur de celui que nous sommes si prompts à juger, ni la profondeur de ses problèmes, de ses souffrances, même si nous sommes souvent persuadés du contraire.
C'est là que se situent les plus grands péchés de notre monde ! C'est là, au fond de chacun de nous que nous pourrons oser fêter dignement Noël, pas dans les repas pantagruéliques, ni dans des garnitures illuminées à l'excès et bouffeuses d'énergie ! Je pense quelquefois à un chant de Noël ancien qui commençait par : Si Jésus revenait au monde... Je me demande ce qu'il penserait de ce que nous avons fait de ses préceptes ! Lui qui ne jugeait pas, ne condamnait personne, ne marquait aucune différence, ne rejetant personne. Lui qui n'idolâtrait pas l'argent, ne consommait pas comme un sauvage, bannissait le superflu, lui qui n'avait qu'un seul vêtement, même pas de maison, se contentant du strict nécessaire. Que dirait-il ? Comment réagirait-il devant tant de haine, de biens entassés, de négligence ? Quel message aurait-il envie aujourd'hui de nous adresser ? Pour nous, réunis en cette nuit, disons qu'il est beau de célébrer tous ensemble le don de l'amour de Dieu au monde et surtout de l'accueillir en nous, dans nos vies de tous les jours. Oui, chers frères et sœurs, nous qui marchions dans nos ténèbres, nous voyons se lever un jour de grande lumière et d'immense espérance. « Un enfant nous est né, un fils nous est donné. », dit le prophète Isaïe. Laissons-nous envahir par la joie immense de sa présence, par la force de son amour. Car il est le Dieu qui vient éclairer notre vie, le Dieu qui vient nous inviter à marcher dans ses pas, et qui nous inspirera pour bâtir notre futur.

Abbé Wenceslas MUNGIMUR - Vice-Doyen de Saint-Martin