Grande récolte de dictionnaires français et anglais
et de manuels de sciences, physique, chimie, biologie, menuiserie et électricité.

À déposer à la librairie du CDD, rue de Bastogne 46 (Arlon)

Ils seront redistribués aux élèves de Lokolama (Congo).

Merci pour eux !

Homélie du dimanche 13 décembre 2015 - 3ème dimanche de l'Avent PDF Imprimer Email
Année 2015

Dimanche dernier, Mr le Doyen, décrivait, dans son homélie, la réalité de la société au temps de Jean-Baptiste. Société d'opulence et de pouvoir imposé par ses chefs et ses responsables.

Jean le Baptiste apparaissait là comme une personne excentrique, aux allures bizarres, farfelues, vivant au désert et en marge de cette société.Aujourd'hui, nous voyons que malgré son comportement marginal, la présence de ce personnage n'est pas restée inaperçue. Au contraire, il attirait de nombreuses foules de tous les horizons et de toutes les couches sociales. Aujourd'hui, on dirait de lui qu'il « dégageait une énergie positive », qu'il était animé d'une force irrésistible ou habité par une présence.
Le message qu'il véhicule ne laisse pas les gens indifférents et les amène même à le prendre pour le Messie. Ceci nous montre que lorsqu'on se laisse habiter par la force de Dieu, par son Esprit qui rend vrai et authentique, on n'a pas besoin de beaucoup de discours pour attirer les foules. En se laissant guider, l'Esprit parle en nous.
Pour le cas de Jean le Baptiste, nous voyons bien que les foules, ayant compris l'importance et la profondeur du message, ne demandaient pas mieux que de découvrir la clé du changement, de savoir ce qu'il fallait faire pour être aussi habité par une telle force, une telle présence et vivre dans la joie. Alors, elles le questionnent ainsi : « Que devons-nous faire ? »
Une telle interrogation laisse supposer une vraie disponibilité et une motivation vers la conversion, vers un réel désir de changement. Notre démarche de foi à travers nos convictions religieuses, dans un monde superficiel et dont l'ambiance est peu favorable à une certaine vie intérieure, exprime cette disponibilité à accueillir le message. Les fruits qui rejaillissent de nos engagements individuels ou collectifs témoignent de ce désir profond qui habite chaque homme pour un véritable changement,  une quête en profondeur,  une recherche de vraies valeurs humaines et spirituelles dans le partage et le vivre ensemble, le refus de la violence et des injustices.
Puisse chacun trouver ce qu'il peut faire pour accéder à cette richesse intérieure, à ce quelqu'un qui nous habite et nous donne l'accès au trésor de la vie, qui est l'Amour.
Comme le dit le Cardinal Danneels : « Que chacun trouve au fond de son cœur cet endroit caché où habite quelqu'un qui écoute et livre une parole qui libère ».
C'est le lieu où Dieu réside en nous, où son Esprit nous habite. « Ce coin caché s'appelle « La maison de la Miséricorde ». Car le lieu de la miséricorde est un espace où règne la tendresse du cœur, une atmosphère qui ressemble à la chaleur du sein maternel. C'est une tendresse qui dépasse même celle qui règne dans l'intimité des époux.
Là où habite Dieu, l'atmosphère est en effet d'une intimité maternelle : Dieu écoute, il parle, guérit et soigne, il pardonne tout comme une maman. » (Cardinal Godfried Danneels, Intervention au Synode 2015)

Abbé Wenceslas MUNGIMUR - Vice-Doyen de Saint-Martin