Connaissez-vous la newsletter bimensuelle du diocèse : elle contient des informations sous forme d'un éditorial, de reportages et d'un agenda ?
Pour  vous y inscrire, il suffit des surfer sur  http://www.diocesedenamur.be et de cliquer dans le menu de gauche sur « Newsletter : inscription ».

Homélie du dimanche 15 novembre 2015 PDF Imprimer Email
Année 2015

Les événements que saint Marc décrit dans son évangile ressemblent à la situation et aux problèmes de notre temps. Nous vivons une période très agitée, où l'angoisse est de plus en plus présente. Des faits terrifiants par ci par là, des catastrophes naturelles, des épidémies, les terribles ravages du sida, du cancer, du paludisme... les famines, les génocides, le terrorisme, les hommes transformés en bombes vivantes... on pourrait vraiment croire à cette fin dont nous parle Jésus !Et les faux prophètes s'empressent et surgissent de partout pour surfer sur l'occasion en or de prédire les malédictions.


Or Jésus lui-même nous dit que personne ne sait ni le jour, ni l'heure où ces événements arriveront. Dieu seul le sait.Il faut reconnaître que si, d'une part les experts nous alarment, avec raison, sur le réchauffement climatique ou sur les bouleversements planétaires face aux signes inquiétants qui se multiplient, d'autre part, et curieusement, les mêmes experts accordent un long avenir à notre planète.

Dans la Bible, il est écrit que Dieu ne veut pas provoquer un autre déluge... qu'il trouve que le monde qu'il a créé est bon.S'accorder à dire que Dieu veut détruire le monde, c'est ainsi devenir ses accusateurs, reconnaissant que ce monde créé par lui est mauvais et sans espoir d'avenir.

Comme Satan, dans le livre de Job, on devient alors les tentateurs de Dieu.

Ce comportement survient dès qu'on accède à une réflexion négative, destructrice et critique... très différente de l'inspiration qui vient de Dieu et qui nous dit que son œuvre est bonne, que son œuvre s'accomplit malgré les épreuves et dans les épreuves.

Cependant, il est vain pour nous de prédire cette fin du monde. Nous savons tous qu'il existe une fin pour chacun et chacune de nous : notre mort est notre fin à tous. Elle peut nous surprendre, surgir à l'improviste. Mais Jésus nous invite à être vigilant, à veiller et à vivre attentif aux signes du temps. Il nous invite au réalisme : il sait bien que l'histoire humaine, que chaque vie humaine est marquée par les épreuves. A chacun de les affronter, soit dans une attitude fataliste, soit en gardant la foi et l'espérance. C'est à cela que Jésus nous invite : continuer à avoir foi en sa fidélité, confiance en son amour à travers les épreuves.

Jésus parle du jugement de Dieu. Mais ce qui est rassurant, c'est de savoir que Dieu est un Père miséricordieux, fidèle et sincère. Nous ne devons pas nourrir la crainte face à lui.

Nous sommes donc loin des discours qui associent le jugement à une fin du monde catastrophe et à la colère de Dieu.

Ce ne sont que des discours humains de nature à faire peur et à manipuler. Attention à toutes les interprétations des messages venus « d'en haut », peu crédibles lorsqu'ils n'invitent pas à l'amour, à la paix et à la vraie conversion du cœur. Le texte d'aujourd'hui est une invitation non à la peur mais à l'espérance. Il se termine avec la belle Parabole du figuier : «Quand ses branches reverdissent et que sortent les feuilles, vous savez que l'été est proche

N'attendons pas pour mettre en pratique la Parole de Dieu. Devenons des pierres vivantes, travaillons sans relâche à l'accomplissement du monde nouveau dont nous parle Jésus, à l'humanisation de notre terre, au respect de toute vie afin que notre monde devienne un monde fraternel, un monde d'amour, de justice, de paix et de solidarité entre tous.

Abbé Wenceslas MUNGIMUR - Vice-Doyen de Saint-Martin