Abonnez-vous au journal paroissial « Carillons de Lorraine »

par porteur (à Arlon) 15 €,

par la Poste (en Belgique) 25 €

à remettre au secrétariat ou à verser sur le compte BE61 1096 5254 5917 de  la paroisse St-Martin


Homélie du dimanche 23 août 2015 PDF Imprimer Email
Année 2015

Trois lectures, ce dimanche entre lesquelles, de prime abord, le lien n'est pas facile à établir.

Mais,  en les approfondissant, on constate qu'il est question, dans les trois, de choix à faire dans la vie. Choix nécessaire, fondamental et vital.

Dans la première lecture, le peuple d'Israël doit répondre à Josué :« Choisissez aujourd'hui qui vous voulez servir. Choisissez entre les dieux des cultures de vos pères ou le Dieu qui vous a fait sortir de l'esclavage en Egypte. »« Plutôt mourir que d'abandonner le Seigneur pour servir d'autres dieux !

C'est le Seigneur, notre Dieu, qui nous a fait monter, nous et nos pères, du pays d'Egypte, cette maison d'esclavage », répond le peuple !

Dans l'Évangile, Jésus, après la défection de certains de ses disciples, pose aux 12 restants cette question : « Voulez-vous partir vous aussi ? » En quoi Pierre répond : « Seigneur, à qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle. Quant à nous, nous croyons et nous savons que tu es le Saint de Dieu. »

Et saint Paul, dans un langage tributaire de son époque, où l'homme était considéré comme le chef de la famille, invite les époux à vivre un amour réciproque, à l'image de celui de Dieu avec son peuple ou de Jésus avec son Église. Une allusion faite ici aussi à l'ensemble du peuple de Dieu appelé épouse du Seigneur.

Comme quoi, nos choix de vie ne se réalisent en profondeur que s'ils sont bien compris et assumés. Sinon, ils relèveraient alors de l'incompréhensible.

Cette incompréhension fut celle des disciples de Jésus ne comprenant pas son langage sur le pain de vie lorsqu'il leur annonce qu'ils doivent manger sa chair et boire son sang pour avoir la vie en eux.
Certains ont alors cessé de le suivre et d'assumer une telle vérité. Et pourtant, Jésus ne faisait que rappeler l'essentiel de leurs aspirations profondes : la recherche de Dieu et du salut, le fondement même de son incarnation et la révélation de sa mission. Il est question pour eux de répondre s'ils croient en un Dieu Humain et en l'incroyable réalisation d'un Dieu fait homme pour que l'homme devienne Dieu.

S'ils acceptent ce pari de la foi, ils entrent dans le projet de Dieu, dans la confiance que Dieu leur fait pour devenir des hommes nouveaux, renouvelés, pour que le monde, la terre des hommes, redevienne la terre de Dieu. C'est ce que Pierre a compris quand il dit : « A qui irions-nous, Seigneur ? Tu as les paroles de la vie éternelle. » Ce qui sous-entend : « En dehors de toi, point de salut... Te quitter ? Pour aller où ? Et avec qui ? »

Ceci nous interpelle dans la liberté de nos choix de vie, lieux de rencontre avec Dieu et de l'expression de notre foi. Celle-ci est un don de Dieu offert pour nous donner Vie.

A l'exemple d'une vraie foi, celle de saint Paul quand il dit : « Dieu ne déçoit pas, je sais en qui j'ai cru. » (2ème lettre à Timothée 1,12). Ou quand il dit : « Pour moi, vivre, c'est le Christ. » (Phil. 1,21)Concrètement, si notre foi est basée sur un certain nombre de notions, d'idées apprises au catéchisme, elle est fragile et risque de s'affaiblir dans le temps.Le croyant est celui qui est entièrement pris, donné au Christ. Il s'agit de marcher avec Jésus pour être, comme lui, capable de donner notre vie. Comme lui, capable de gestes généreux, de nous livrer aux autres, à tous nos frères et sœurs. C'est cela, avoir la Vie !

« Celui qui croit, il a la vie éternelle. Celui qui refuse de croire, il est déjà condamné. » (Jean 3,36) nous dit Jésus de manière catégorique. Puisse notre participation à l'Eucharistie renouveler et consolider notre foi afin que nous options pour des choix de vie qui sont choix de Dieu et qui sont appelés à se renouveler au jour le jour, qu'ils soient dans le mariage, dans le sacerdoce, chez les jeunes qui font leur communion solennelle ou tout autre choix. Comme dit Josué au peuple d'Israël : « Il faut choisir. Dieu ou les idoles. » Ou encore en Deut. (30,19) : « Choisir la vie ou la mort »...

Abbé Wenceslas MUNGIMUR