Connaissez-vous la newsletter bimensuelle du diocèse : elle contient des informations sous forme d'un éditorial, de reportages et d'un agenda ?
Pour  vous y inscrire, il suffit des surfer sur  http://www.diocesedenamur.be et de cliquer dans le menu de gauche sur « Newsletter : inscription ».

Homélie du dimanche 3 mai 2015 - 5ème dimanche de Pâques PDF Imprimer Email
Année 2015

Dans l'extrait des Actes des Apôtres lu en première lecture, la liturgie de ce dimanche pascal évoque l'Église en sa naissance : "Sur le territoire d'Israël, l'Église était en paix... Elle se construisait et elle marchait dans la craintes (comprenons "l'amour respectueux") du Seigneur ; réconfortée par l'Esprit-Saint, elle se multipliait."

L'Église est appelée à toutes les générations à grandir dans la foi et la confiance en Jésus. Aujourd'hui, il nous invite à porter du fruit, en demeurant en lui, comme les sarments d'une même vigne.

"Je suis la vigne" nous dit-il. Comme il nous disait dimanche dernier : "Je suis le bon berger, le vrai pasteur". Ou encore ailleurs dans l'Évangile : "Je suis le Pain venu du ciel. Je suis la Lumière du monde... ou encore : le chemin, la Vérité et la Vie". "JE SUIS" : voici que nous est rappelé le nom de Dieu révélé à Moïse, lors de l'épisode du buisson ardent. En s'attribuant ce nom à lui-même, Jésus souligne sa divinité. Il est un homme, comme nous. Mais il est aussi Dieu parmi nous.

En s'identifiant à la vigne, Jésus s'identifie donc à tout le peuple ; nous sommes une partie de lui-même. Et Dieu est le vigneron. À l'image du pasteur qui prend soin de ses brebis, le vigneron aime sa vigne, il lui donne son temps, tout son temps. Il s'occupe des sarments : il plante, il émonde, il taille, il met du foin, il éloigne les parasites. Il est heureux quand la récolte est bonne. Mais son travail est indispensable pour une bonne fécondité : "En dehors de moi, vous ne pouvez rien."

Faisons confiance en ce Dieu-vigneron qui agit pour nous. Laissons-nous émonder par sa parole. Nous en avons tous besoin. C'est tout un travail de conversion, de purification continuelle. Dieu nous donne la vie. Il nous sanctifie.

Aujourd'hui dans la société qui est la nôtre, il est particulièrement difficile de rester fidèle à notre foi au Christ. Pourtant, pour que notre vie (et la vie de notre monde) garde tout son sens et son espérance, restons branchés sur le Christ. Il faut "demeurer" avec lui.

Ayons le courage et la joie de partager notre vie avec le Christ. Et en communiant à sa vie, nous pourrons demeurer en lui et nous porterons beaucoup de fruits. Comme disait saint Augustin : "Devenons ce que nous recevons : le corps du Christ !"

Abbé Jean-Marie JADOT - Doyen de Saint-Martin