Nous avons le plaisir de vous communiquer le lien vers la vidéo du spectacle « En Chemin » à l'église Saint-Martin sur YouTube (version complète - 1h10)
Homélie du Jeudi Saint 2 avril 2015 PDF Imprimer Email
Année 2015

La Pâque des chrétiens que nous commençons à célébrer ce soir s'enracine dans la Pâque de nos frères Juifs, c'est ce que nous rapportait la première lecture extraite du livre de l'Exode.

Le mémorial de la Pâque ancienne, libération de la terre de servitude avec tout ce qui la marque : l'agneau immolé dont le sang sur les linteaux des maisons épargne de la contagion du mal, le repas pris à la hâte avec un pain qui n'a pas eu le temps de lever, des herbes de la longue et pénible pérégrination, ce mémorial trouve une plénitude de sens en Jésus le Christ.

Au cours du repas pascal que Jésus vit avec ses disciples, le jeudi soir, quelques heures avant sa passion et sa mort tragique, il va nous rappeler en deux gestes forts et symboliques le sens et la valeur de notre vie mais aussi nous laisser une image inédite mais tellement plus authentique de Dieu : non pas un Dieu fou amoureux de l'humanité... jusqu'à se mettre à genou devant l'homme et lui donner sa vie par amour. La toute-puissance de Dieu, c'est son Amour.

Le sens et la grandeur de la vie humaine, ce n'est ni la domination, ni le pouvoir, ni la jouissance égoïste mais bien le service de l'autre. Ce soir-là, Jésus demande à ses disciples de vivre comme des serviteurs et des amis. Le service et l'amitié, voilà les deux valeurs qui permettent à l'humanité - à toutes les générations - de vivre en paix et en harmonie et de construire du bonheur.

Par les temps qui courent, c'est un message à redire avec urgence !

Et dans le second geste du mémorial de la Pâque nouvelle et éternelle, Jésus se donne lui-même en partage. Il partage son corps et son sang. A travers ce don, il nous offre la vie et l'amour de notre Dieu. "Faites ceci en mémoire de moi".

Par les temps qui courent, la fidélité à l'Eucharistie, elle aussi, est une priorité à mettre ou à garder dans nos vies et la vie de nos familles. C'est un défi à transmettre à la jeune génération ! C'est aussi une urgence à vivre et à annoncer pour le bonheur et pour l'avenir du monde !

Et je termine en évoquant une autre volonté du Christ exprimée le Jeudi-Saint dans son Testament, celle de confier à ses apôtres et à leurs successeurs la mission de faire mémoire de Lui et de garder son Église en tenue de service. L'interpellation de Jésus est plus que jamais urgente et actuelle à un moment de la vie de l'Église où les nouvelles vocations sacerdotales se font très rares et où des vocations diaconales nouvelles sont attendues.

Il y a urgence de se poser la question : dans nos familles, dans nos différents milieux de vie que faisons-nous, quelle parole risquons-nous, de quelle espérance sommes-nous porteurs pour que des jeunes de chez nous - vos enfants peut-être - puissent avoir envie et force pour prendre le relais ?

Abbé Jean-Marie JADOT - Doyen de Saint-Martin