Abonnez-vous au journal paroissial « Carillons de Lorraine »

par porteur (à Arlon) 15 €,

par la Poste (en Belgique) 25 €

à remettre au secrétariat ou à verser sur le compte BE61 1096 5254 5917 de  la paroisse St-Martin


Homélie de la nuit de Noël 2014 PDF Imprimer Email
Année 2014

Eh! Oui ! C'est la 23ème fois que nous fêtons Noël ensemble !

Si vous pensez que je commence sérieusement à me répéter, je vous demande un peu d'indulgence ! L'âge avance ! Mais j'espère que vous serez quand même en accord avec moi sur un point, à savoir que le message de l'Évangile reste toujours aussi passionnant... même si, dans notre société, beaucoup cherchent aujourd'hui à l'étouffer !

Nous sommes au cœur de la nuit de Noël. C'est l'heure de l'arrivée du Fils de Dieu dans notre histoire. C'est aussi le point de départ de l'aventure chrétienne. Dieu entre dans notre vie et dans la vie de ce monde pour les diviniser, c'est-à-dire pour les transformer en histoire d'amour.

Dans le mystère de l'Incarnation, en reprenant les mots du prologue de l'évangile de Jean, "Dieu dresse sa tente parmi nous" pour nous inviter à faire de notre vie et de la vie de l'humanité une parabole de cet Amour qui nous attend pour l'éternité.

Le choix du village de la naissance de Jésus, c'est déjà le commencement de la parabole. Bethléem signifie en hébreu "la maison du Pain". C'est là que les descendants du roi David cultivent leurs racines. C'est là que Joseph, le charpentier de Nazareth va débarquer un soir d'hiver. Il y revient obligé par un recensement organisé par l'empereur Auguste. Sa jeune épouse, Marie, qui est au terme de sa grossesse, l'accompagne.

Malheureusement la salle d'hôtes, la grande salle de la ferme-auberge étant déjà bondée - au point qu'il n'y avait plus de place pour eux, il fallut se contenter d'une étable où la mangeoire pour les animaux va accueillir l'enfant qui va naître cette nuit-là.

Etrangement, ce mot "grande salle" n'est utilisée que deux fois dans l'évangile de Luc. La seconde fois, c'est à l'heure finale de la vie de Jésus lorsqu'il demande à Pierre et à Jean d'aller préparer la Pâque qui va devenir sa Pâque à Lui. Jésus les prévient : un homme portant une cruche d'eau viendra à leur rencontre. Il les invite à suivre cet homme et à monter avec lui à l'étage où se trouve une grande salle garnie de coussins. C'est là, leur dit Jésus, que vous ferez les préparatifs (Luc 22, 9 - 13).

Celui qui a commencé sa vie dans une mangeoire à la Maison du Pain, va la finir symboliquement dans la grande salle qui, cette fois-là, est ouverte. C'est là, dans un moment d'intense émotion, que Jésus va anticiper pour ses disciples et pour le monde entier, le don de sa vie qu'il nous fait. Ce geste du partage du Pain, il nous demande de le répéter sans cesse en sa mémoire jusqu'à la fin du monde.

Partager le pain eucharistique et boire à la coupe de l'alliance nouvelle et éternelle, c'est partager le corps du Christ pour le devenir tous ensemble, unis dans nos diversités. Cela doit se vivre au cœur du monde, un monde qui a toujours besoin de redécouvrir le chemin de l'Amour et du partage, celui du pardon, de l'accueil, de la tolérance, de la solidarité, du service et de la fraternité.

La Pâque du Christ, elle commence dans la crèche de Noël, à la Maison du Pain. Trente-trois ans plus tard, elle atteindra son sommet dans cette mort humiliante sur la croix. Mais elle trouvera sa victoire - la victoire de l'amour sauveur - au matin de la Résurrection. Ce jour-là, c'est l'Amour divin qui triomphe !

Frères et sœurs, mes amis, venir à l'Eucharistie, c'est toujours actualiser cette victoire pascale. C'est le cri de notre foi ! C'est la main que Dieu nous tend pour aimer à notre tour. C'est aussi notre espérance d'une vie éternelle !

Tout cela a commencé à la Maison du pain, dans la pauvreté. Fêter Noël, c'est chaque année, recommencer à naître à la Vie de Dieu ! C'est remettre l'amour à la première place !

Abbé Jean-Marie JADOT - Doyen de Saint-Martin