Vidéos à voir sur You Tube... que vous y étiez ou non...

Montage et répétitions ... Quelques images du montage du podium et des répétitions de l'Ecole de danse Aurélie Thill d'Arlon ainsi que Vincent Hubert aux grandes orgues de St-Martin

Spectacle du vendredi 23 mars 2018 -  8 min. Plus de 70 artistes en fête pour célébrer les 10 ans du réseau Eglises Ouvertes à l'église Saint-Martin d'Arlon, les 23 et 24 mars 2018 ! "En Chemin", un spectacle à la fois intime et grandiose, qui rassemble musiciens, danseurs, solistes, acrobates, choristes et pèlerins, d'Arlon et d'ailleurs. Une belle aventure partagée, en l'honneur d'une église particulièrement vivante ! Direction artistique : Sacred Places

Homélie du jeudi 25 décembre 2014 - Jour de Noël PDF Imprimer Email
Année 2014

Noël, fête de la Joie, de la Paix, de la Lumière !

Le thème de la liturgie d'aujourd'hui est celui de la Joie.

Noël, fête de la Joie, fête de la Paix, fête de la Lumière, fête de la famille, fête de la communauté, fête de l'humanité...

Oui, nous sommes tous invités à communier à cette joie universelle. Le climat général qui s'observe un peu partout se veut être celui de la joie, à travers les merveilleuses décorations qui jalonnent les rues, qui transforment, pour un temps, nos places publiques, qui illuminent nos maisons ou nos églises... C'est une sorte de halte à laquelle tout le monde est invité. Il faut entrer dans la danse, oublier un peu les fardeaux habituels et quotidiens, se faire plaisir, partager sa joie avec les autres, vivre des moments conviviaux d'échanges de cadeaux, de vœux, de gestes fraternels au sein des familles, avec les amis autour de tables bien garnies...

Mais si d'un côté, existe cette joie qui caractérise le climat général autour de cette fête de la Nativité, il faut reconnaître que, de l'autre côté, Noël, pour certains, devient un temps de tristesse, de rappel de souvenirs pénibles qui viennent remuer le couteau dans la plaie, raviver certaines souffrances... Autrement dit, la joie de Noël, telle qu'elle s'extériorise ainsi, n'a pas le même écho chez tout le monde. Par exemple, chez les sans-abri, chez ceux qui n'ont pas le cœur à la fête parce qu'ils sont accablés par toute sorte de soucis, de misères, d'épreuves... Oui, cette joie de Noël est-elle celle des chrétiens dans certaines régions du monde ? Je pense en particulier aux chrétiens du Proche Orient persécutés, massacrés, chassés de leurs maisons, à la grande indifférence des puissants de ce monde et au silence étonnant des médias sur leur sort. Est-elle celle de tant de familles de chez nous, victimes de folies humaines ? Nous pensons en particulier à la famille de Béatrice Berlaimont. Est-elle celle des malades dans leur lit d'hopital, des personnes âgées seules, des exclus de nos sociétés, des jeunes en perte de repères... ?

Et pourtant, NOËL est là. Et en Jésus, c'est la réalité d'un monde transformé qui s'annonce aujourd'hui. Une réalité présente en nous, si par la FOI nous sommes situés en vérité devant le Dieu d'AMOUR dans une relation de PERE à son FILS, de FILS à son PERE. Même nos tâtonnements, nos maladresses, nos consommations souvent stigmatisées, critiquées à tort ou à raison, font partie de cette rencontre avec Dieu.

L'essentiel du message de Noël nous aide à prendre conscience que si nos joies ne sont vécues que pour elles-mêmes, si elles ne puisent pas leur sens profond dans la rencontre de l'autre et le partage, elles ne pourront pas nous ouvrir la voie à l'essentiel du message de Noël. Elles courent le risque d'être source d'insatisfactions, d'inégalités, d'injustices comme le traduit la réalité de nos sociétés de consommations.

Mais, par contre, elles prendront tout leur sens, si elles sont fondées sur une rencontre véritable et personnelle avec Emmanuel, Dieu-parmi-nous. A cette rencontre, nul n'est exclu : Il vient à nous et si nous l'accueillons dans la foi, dans la simplicité d'un cœur d'enfant, il fait de nous des enfants de Dieu en nous ouvrant la voie à une joie plus profonde, une joie plus intime qui, malgré les fragilités et les épreuves de la vie, demeure coûte que coûte, parce qu'elle est source de confiance. Une confiance qui émane de cette conviction selon laquelle chacun de nous est un enfant bien aimé de Dieu quoi qu'il nous arrive, quoi que nous fassions.

Lui qui, dans le mystère de son incarnation, vient vers nous dans la pauvreté et la simplicité de la crèche de Bethléem pour nous restaurer dans notre dignité humaine par sa présence divine cachée en chacun et chacune de nous par la force de son amour infini. Aujourd'hui, Il nous invite à nous ouvrir à cette présence, à la laisser croître, comme le dit Jean-Baptiste, pour que disparaissent 'nos égos', avec leurs soifs, leurs faims, leurs ambitions, leurs désirs, leurs joies superficielles et souvent insatisfaisantes... Alors, laissons rayonner en nous la véritable joie qui vient de Lui, la vraie Lumière qui est Jésus Lui-même.

Abbé Wenceslas MUNGIMUR - Vice-Doyen de Saint-Martin