FORMATION SUD LUXEMBOURG

A l'ère des réseaux sociaux, Dieu se communique

A l'heure des réseaux sociaux de plus en plus présents dans le quotidien de beaucoup d'entre nous, l'équipe qui organise la formation religieuse dans le sud de la Province de Luxembourg a décidé de consacrer la réflexion de ses quatre journées et soirées d'octobre à cette problématique.

Nous aideront dans cette recherche Christophe HERINCKX, docteur en théologie et journaliste à CathoBel, le Service Médias du diocèse et l'équipe diocésaine du Chantier Paroissial.

MARDI 9 OCTOBRE

La communication, qu'est-ce que c'est ?

La communication fait partie de notre quotidien à toutes et tous : sans cesse, que nous le voulions ou non, nous communiquons. La communication constitue donc un enjeu fondamental de notre "être humain".  Non seulement nous communiquons des informations, nécessaires à la vie en société, mais nous nous communiquons également nous-mêmes. La communication ouvre la relation avec les autres.

Lire la suite...
Homélie du dimanche 21 décembre 2014 - 4ème dimanche de l'Avent PDF Imprimer Email
Année 2014

On ne change pas une équipe qui gagne ; il n'y a pas de raison !  Mais il est tout de même bon, de temps en temps, d'être bousculé dans ses habitudes, histoire d'éviter de ronronner ... ou de s'endormir !

Ainsi donc, comme notre credo a revêtu une nouvelle forme tout en gardant sa substance, le commentaire de l'Evangile de ce dimanche est le fruit d'une réflexion de quelques paroissiens laïcs.

Eh oui !!  nous avons osé relever ce défi et c'est autour d'une table, notre Bible ouverte au début des écrits de Saint-Luc, la tasse de café dans une main et le biscuit au chocolat dans l'autre, que nous avons relu ensemble ce texte de l'Annonciation.  Nous avons tenté de l'analyser, de le décortiquer, parfois même de le disséquer !!

Nous nous sommes questionnés l'un l'autre, nous obligeant sans cesse à toujours préciser davantage notre pensée.

Nos échanges ont été nourris et enrichis par nos expériences de vie, nos lectures diverses, mais aussi par l'homélie de Dominique Collin, dominicain liégeois dont le discours limpide et vivifiant sorti des sentiers battus trouve échos dans nos réalités quotidiennes.

Voici donc l'essentiel de notre heure de réflexion ... et pour la concrétiser, je vous propose d'imaginer la mise en scène de cette Annonciation (ce texte a bien inspiré de célèbres peintres, alors pourquoi pas un metteur en scène ??)

Qu'en serait-il du décor ?

Les maîtres mots seraient : simplicité / sobriété !   En effet, si Jésus n'avait pas vécu à Nazareth, ni vous ni moi ne saurions le placer sur une carte !  Nazareth n'est ni une capitale, ni un chef-lieu ; Nazareth, c'est un petit « bled », c'est le bout du monde, et même un bout du monde pointé du doigt car peuplé de villageois païens !!!   Ce lieu n'a donc vraiment rien pour lui.  Mais c'est là que Dieu nous surprendra toujours, car c'est à cet endroit banal, voire banni, qu'Il choisit de se manifester !

Le décor est donc bien un lieu commun, un lieu de vie quotidienne (peut-être pourrait-il être notre maison ?!)

Dans cette pièce : 2 personnages, essentiels ; entre eux, un véritable dialogue dans le vrai sens du terme, car de part et d'autre va se manifester un sens profond de l'écoute.

D'un côté, l'ange Gabriel, qui entre (sans frapper !!) et s'adresse d'emblée à Marie.

De l'autre, Marie, qui ne lui saute pas au cou !  Marie qui ne lui dit même pas bonjour !

Marie qui ne sait pas ce qui l'attend !!  Marie est troublée, bouleversée nous dit Saint-Luc.  Et le mot me paraît faible : mettez-vous à sa place ... un inconnu entre chez elle, s'impose en quelque sorte, et lui déclare de but en blanc : « Réjouis-toi ! »  Y a vraiment de quoi rester sans voix !

Gabriel comprend cette crainte bien légitime et il rassure tout de suite Marie en lui disant : « N'aie pas peur ! »

Marie est une jeune fille parmi d'autres, dans un village comme tant d'autres.  Ce n'est pas elle qui descend du roi David !! On n'a jamais entendu parler d'elle auparavant.  Marie, elle est tout simplement fiancée à Joseph et comme toutes les jeunes fiancées, elle pense à son mariage et au bonheur de vivre aux côtés de celui qu'elle aime.

Marie n'est pas une déesse, mais Marie est unique.  Elle est unique comme chaque être humain est unique et ce, depuis la nuit des temps !  Il n'y aura plus jamais d'autre Marie, de même qu'il n'y aura plus jamais d'autre toi ou d'autre moi.  Et quand l'ange ajoute : « Tu as la faveur de Dieu » , ce sont les mêmes mots que Dieu prononce à chacun d'entre nous, car nous avons TOUS sa faveur, nous sommes TOUS ses enfants.  Chaque être humain, là où il est, qui qu'il soit, est enfant unique et privilégié de Dieu !!

Mais en même temps, ces mots revêtent une signification unique, spécifique pour chacun.  L'ange explique donc à Marie ce que ces termes signifient pour elle : à savoir qu'elle sera enceinte, qu'elle mettre au monde un fils, Jésus, et que ce fils sera (carrément !) Fils de Dieu !!  Marie n'avait certainement jamais imaginé cela !

Certes, Marie est rassurée par les paroles de l'ange : elle ne se sent pas en danger ; elle est disponible, à l'écoute de ce qu'il lui dit.  Mais elle n'est pas idiote non plus Marie.  Elle ne dit pas « Amen » à n'importe quoi !!  Et j'aime ce petit bout de femme !!  Oui, car Marie a besoin d'une explication : elle sait pertinemment bien qu'il faut être deux pour faire un bébé.  Et au lieu de dire oui à l'ange, elle lui pose une question : « Comment cela sera-t-il possible ? »  Cette question rend Marie terriblement humaine et donc, proche de nous !

Gabriel, de son côté, est à l'écoute de son doute ; pas de moquerie, pas de remontrance de sa part : il prend le temps de l'explication.  Et il va même jusqu'à lui préciser (comme s'il devait apporter une preuve concrète) que la vieille Elisabeth, qu'on disait stérile, est enceinte.  Car rien n'est impossible à Dieu.

Et alors là, et seulement là, Marie a une réponse claire et sans équivoque : « Je suis la servante du Seigneur, que tout se passe pour moi comme tu l'as dit .»

Marie servante, Marie disponible, Marie qui se met au service du projet de Dieu.  Marie qui fait le choix de dire « oui » en connaissance de cause.  Marie est bel et bien un exemple qui frise la perfection.

Dur dur de lui ressembler !!   Mais nous y sommes tous appelés !  Alors là où nous sommes, puissions-nous essayer d'œuvrer au projet de Dieu qui tient en le seul mot AMOUR !

Une équipe de laïcs