Homélie du vendredi 15 août 2014 - Assomption PDF Imprimer Email
Année 2014

Si la fête de l'Assomption de Marie nous ramène au cœur de notre foi en la Résurrection et au cœur de la promesse d'une vie et d'un bonheur éternels pour ceux qui mettent l'amour comme première valeur dans leur vie, avec cette page d'évangile où Luc nous raconte la Visitation que la jeune Marie a fait à sa cousine Elisabeth, elle aussi enceinte, nous voilà avec Marie de retour sur cette terre, avec elle en chemin... Je pense à ce beau chant que nous faisons souvent monter vers elle : "La première en chemin, Marie, tu nous entraînes à risquer notre oui aux imprévus de Dieu... Marche avec nous, Marie, aux chemins de ce monde..."

Partir en pèlerinage - et particulièrement dans des lieux où Marie est vénérée - c'est toujours revivre avec elle et avec Jésus, une belle expérience de foi. Il n'y a pas de saison pour les pèlerinages. Pourtant l'été et les vacances encouragent cette démarche que l'on retrouve dans la plupart des cultures et des religions. Et il peut même arriver qu'un touriste se découvre, de manière inattendue, pèlerin.

Le pèlerinage suppose un aller, une rencontre et un retour.

Aller, c'est sortir de chez soi et aussi de soi-même, de ses habitudes, de ses routines et de ses encombrements. C'est nous libérer de tout ce qui peut faire pression sur nos valeurs et nos engagements. C'est décider de retourner à la source.

Rencontrer, c'est laisser l'autre (et les autres) poser son regard sur nous et laisser tressaillir en nous l'espérance d'une nouvelle vie... comme Elisabeth à la rencontre de Marie. C'est aussi retrouver la joie de croire. "Heureuse celle qui a cru".

Retourner, c'est rentrer chez soi transformé par une nouvelle lumière, fort de la joie du Magnificat qui est la porte d'entrée du message de l'Evangile. C'est prendre distance par rapport aux fausses richesses, à la tentation du pouvoir. C'est retrouver un cœur de pauvre, désencombré, capable d'aimer et de servir. C'est jeter une lumière nouvelle sur notre vie, nos relations, nos activités et nos choix.

Fêter l'assomption de Marie dans la gloire de Dieu, c'est aussi fêter sa présence discrète et maternelle auprès de nous. C'est fêter celle qui marche avec nous au chemin de la vie pour nous aider sans cesse à retrouver la vraie joie, à construire ensemble un monde meilleur et nous rappeler notre avenir éternel.

Abbé Jean-Marie JADOT - Doyen de Saint-Martin