Connaissez-vous la newsletter bimensuelle du diocèse : elle contient des informations sous forme d'un éditorial, de reportages et d'un agenda ?
Pour  vous y inscrire, il suffit des surfer sur  http://www.diocesedenamur.be et de cliquer dans le menu de gauche sur « Newsletter : inscription ».

Homélie du dimanche 6 avril 2014 - 5ème dimanche de Carême PDF Imprimer Email
Année 2014

A quel jeu joue donc Jésus dans cet Évangile ? D'accord, il pleure la mort de son ami Lazare et devant la détresse de Marie, il est "bouleversé d'une émotion profonde" dit saint Jean. Bouleversé, mais pas pressé ! Voilà pourtant deux jours que les sœurs l'ont prévenu : "Celui que tu aimes est malade !" Au lieu de se précipiter, il prend son temps, et lorsqu'il arrive enfin à Béthanie, il a encore l'audace de déclarer : Lazare est mort et je me réjouis de n'avoir pas été là... pour que vous croyiez !" (cfr. G. RINGLET, Éloge de la fragilité)

Jésus joue-t-il au provocateur ? Je ne le crois pas ! Il veut nous conduire plus loin que l'événement ! Nous sommes en fait six jours avant la Pâque qui va devenir LA Pâque de Jésus. Ce moment emblématique de sa mission où il va aller jusqu'à donner sa propre vie sur la croix, par amour de l'humanité. Trois jours après, c'est lui, le Christ, le Fils du Père qui ressuscite.

Si Jésus s'est réjoui de ne pas être là à l'heure de la mort de son ami Lazare, c'est pour nous dire un des grands secrets de notre Dieu : Il n'est pas du côté de la mort... mais de la Vie !

Au cœur du récit évangélique, ce n'est  pas le miracle qui importe mais le dialogue de Jésus avec Marthe : "Je suis la Résurrection et la Vie"... et aussi la réponse de Marthe, la modèle des croyants : "Oui Seigneur, je croix que tu es le Christ, le Fils du Dieu qui doit venir dans le monde !"

Frères et sœurs, mes amis, cette très belle page d'évangile que nous avons la joie cette année de méditer à quelques jours de la Semaine Sainte éclaire bien sûr magnifiquement le mystère de Jésus mais aussi notre propre baptême - je pense particulièrement à vous Danièle, Arlette et Thibault qui venez de vivre ce dimanche la dernière étape de votre chemin vers ce baptême que vous avez-vous-mêmes choisi -

Le baptême, c'est une délivrance de toutes les forces de mort qui font leurs dégâts en nous et autour de nous. C'est un cri de foi libérateur. Le baptême est une délivrance à actualiser tous les jours de notre vie de chrétien.

Après avoir invité Marthe à lui faire confiance, à oser croire, "Jésus s'écrit d'une voix forte : "Lazare, viens dehors !" Et le mort sortit, les pieds et les mains attachés, le visage enveloppé d'un suaire. Jésus leur dit : "Déliez-le et laisser-le aller".

La force de notre baptême et de notre foi dans le Christ ressuscité, c'est de faire de nous des femmes et des hommes libres, déliés, debout et en marche ! Osons parler, parfois dénoncer, voire combattre les forces de mort ! Soyons des témoins heureux et contagieux de celui dont l'amour à vaincu la mort !

Abbé Jean-Marie JADOT - Doyen de Saint-Martin