Nous avons le plaisir de vous communiquer le lien vers la vidéo du spectacle « En Chemin » à l'église Saint-Martin sur YouTube (version complète - 1h10)
Homélie du mercredi 5 mars 2014 - Mercredi des Cendres PDF Imprimer Email
Année 2014

« Comme les disciples s'étaient rassemblés autour de Jésus sur la montagne », c'est par ces mots que commence l'Évangile de ce soir.
Encore un rassemblement de Jésus avec ses disciples. Les disciples sont venus de partout pour entendre une parole de Jésus.


Et Jésus les renvoie à ce qui est le plus important : le sens, la motivation des actes qu'ils posent : « évitez d'agir devant les hommes pour vous faire remarquer ». Il ne s'agit pas de cacher les bonnes œuvres, mais de ne pas penser à la louange humaine en les faisant car agir pour être vus, remarqués, nous enferme dans une dynamique à courte vue, voire une dynamique d'apparence. Il ne s'agit pas de visibilité de nos actes ou, au contraire, de les soustraire aux regards extérieurs. Il s'agit de « vérité » et non d'apparence, de don sans mesure. Jésus veut dénoncer ainsi toute forme d'hypocrisie.

En effet, l'aumône, réduite à une pratique purement extérieure, cesse d'être un acte fraternel; elle se réduit à un geste qui nous tranquillise mais qui ne change pas le regard que nous portons sur notre frère. Le jeûne, d'autre part, s'en tient à l'accomplissement formel, qui ne nous rappelle à aucun moment la nécessité de modérer notre consumérisme compulsif, ni le besoin d'être guéris  puisqu'il y a toujours quelque chose dans notre vie qui prend une importance démesurée, qui nous rend esclave. La prière, enfin, réduite à un stérile monologue, ne parvient pas à être une authentique ouverture spirituelle. La religion des hypocrites est une religion triste, légaliste, moralisatrice.

Aujourd'hui, pour nous aussi, encore un rassemblement, celui du mercredi des Cendres, et nous voici en ce début de carême avec l'idée de commencer des choses nouvelles, d'autres engagements, une autre manière de vivre. Et Jésus vient nous donner sa parole qui remet tout en cause. Il nous invite à trouver le sens profond de nos actions. Nous ne devons pas agir en fonction de ce que l'autre va penser de nous en positif ou en négatif, mais humblement en fonction du projet de Dieu sur ce monde : «  Déchirez vos cœurs et non pas vos vêtements » disait la 1ère lecture.

Le Carême est l'invitation que l'Église nous fait chaque année à un approfondissement sérieux de nos actes et de nos actions. Il n'est pas un temps de mortification morbide. Il est le temps de l'itinéraire vers Pâques, non seulement en tant que préparation vers un temps liturgique, mais aussi en tant que préparation vers la Pâques Éternelle: «Si vous voulez vivre comme des justes, évitez d'agir devant les hommes pour vous faire remarquer. Autrement, il n'y a pas de récompense pour vous auprès de votre Père qui est aux cieux».

Abbé Arnaud NGOUÉDI - Vicaire à Saint-Martin