Connaissez-vous la newsletter bimensuelle du diocèse : elle contient des informations sous forme d'un éditorial, de reportages et d'un agenda ?
Pour  vous y inscrire, il suffit des surfer sur  http://www.diocesedenamur.be et de cliquer dans le menu de gauche sur « Newsletter : inscription ».

Homélie du dimanche 23 février 2014 PDF Imprimer Email
Année 2014

Le samedi 15 Février à Donetsk, Renaud Lavillenie a réalisé 6, 16 m au saut à la perche battant ainsi le record mondial détenu par Sergueï Bubka depuis 21 ans. Ce qui signifie que l'homme est capable de plus; d'ailleurs, Renaud Lavillenie disait à la T.V. qu'il allait travailler pour améliorer sa performance.

Aujourd'hui, Jésus nous parle aussi du sommet de la vie chrétienne. En effet, nous achevons la lecture du  sermon sur la montagne que Jésus avait commencé par les béatitudes  et qu'il termine par un ultime mouvement à la contemplation de la splendeur du Père. Il le fait, en confrontant son enseignement aux certitudes et aux pratiques en vigueur: « Vous avez appris... eh bien moi je vous dis ». Remarquez comment il réserve, pour la fin, le couronnement du sermon sur la montagne. Tous les commandements nous disposent à embrasser de tout notre cœur le plus haut commandement : « Soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait ». Ce qu'en d'autres termes la 1ère lecture soulignait en disant « Soyez saints, car moi, le Seigneur votre Dieu, je suis saint». Considérez par combien de degrés il nous fait passer pour monter à la plus haute perfection, pour sauter au sommet. J'en  compte 8, comme les Béatitudes. Le premier : ne pas être le premier à faire du mal. Le deuxième : lorsqu'on nous a fait du mal, ne pas tirer une vengeance. Le troisième : ne pas rendre la pareille à l'offenseur. Le quatrième : vivre l'offrande. Le cinquième : éviter la haine. Le sixième : dire des paroles constructives. Le septième : ne pas rendre le mal par le mal. Et enfin, le huitième : prier Dieu pour ceux qui nous veulent du mal. Et à la fin, le seigneur ne promet point une terre comme à ceux qui sont doux, ni des consolations comme à ceux qui pleurent, ni la miséricorde comme à ceux qui seront miséricordieux; il promet que nous deviendrons semblables à Dieu: « Afin, » dit-il, «d'être vraiment les fils de votre Père qui est dans les cieux. » Tous les comportements que Jésus demande et que ses disciples vivent, par grâce, manifestent la grandeur du Père. Jésus ne tente pas d'édifier un nouveau code moral. Il ne cherche pas la perfection de la Loi mais la perfection de la vie filiale : « Vous donc, soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait. » Il ne donne pas à chacun selon ce qu'il paraît mais selon ce qu'il est destiné à être : un fils dans le Fils. Tel est l'accomplissement que réalise le Fils et qui révèle l'agir du Père. Dans l'évangile d'aujourd'hui, Jésus ne dit point « vous donc, soyez parfaits comme mon Père céleste est parfait », mais il dit « Vous donc, soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait » ; comme pour nous dire que nous sommes fils (filles) de Dieu et que le fils (la fille) doit refléter l'image Père.

Ainsi, tous les préceptes qui relèvent de la morale n'ont aucun sens si on n'a pas intégré la pensée profonde de Jésus qui relève non de la loi mais de  la foi car c'est par la foi seulement que nous pouvons vivre en harmonie avec Dieu. Le grand enseignement du sermon sur la montagne nous invite ce dimanche à l'approfondissement de notre vie chrétienne. Jésus nous incite à aller au-delà des préceptes de la Loi.                  Puissions-nous être, chers frères et sœurs, des ‘Renaud  Lavillenie', non pour sauter 6, 16 m, mais pour ‘sauter' les 8 degrés cités précédemment, afin de vivre à fond notre relation filiale à Dieu.

Abbé Arnaud NGOUÉDI - Vicaire à Saint -Martin