Connaissez-vous la newsletter bimensuelle du diocèse : elle contient des informations sous forme d'un éditorial, de reportages et d'un agenda ?
Pour  vous y inscrire, il suffit des surfer sur  http://www.diocesedenamur.be et de cliquer dans le menu de gauche sur « Newsletter : inscription ».

Homélie du dimanche 2 juin 2013 - Fête du Corps et du Sang du Christ PDF Imprimer Email
Année 2013

A chaque messe, le Christ réalise un prodige infiniment plus grand qui va au-delà de la multiplication des pains. Il vient parmi nous sous les espèces du pain et du vin. « Oui, il n'y a rien de plus beau que l'Eucharistie, disait le curé d'Ars. « Si l'on savait, poursuivait-il, ce que c'est que la messe, on en mourrait ».

Pour étayer ces propos, j'aimerais que nous puissions nous remémorer le mystère de Lanciano. C'est l'histoire d'un moine qui habitait à Lanciano, une petite ville en Italie au VIIe siècle. Ce moine passait par un moment difficile dans sa perception de la réelle présence de Notre Seigneur Jésus-Christ dans l'Eucharistie.
Combien de personnes aujourd'hui, ne croient-ils pas à la présence réelle du Christ dans l'hostie consacrée? Combien de personnes disent que ce n'est que du pain ? Combien de personnes viennent communier comme si elles achetaient un pain dans un supermarché ?
Mais revenons sur notre moine. Ce dernier priait constamment pour le soulagement de ses doutes car il doutait et se trouvait consumé d'effroi de perdre un jour sa vocation. Son martyre était très pénible et il souffrait quotidiennement de la routine de son sacerdoce. Finalement un matin, pendant la célébration de la Messe, sujet à une grande attaque de doutes, il commença la consécration du pain et du vin, ce qu'il vit sur l'autel le fit trembler des mains. Il resta interdit, le dos tourné aux fidèles, pendant un moment car l'Hostie s'était transformée en Chair et le Vin en Sang.  Les fidèles, ayant témoigné du miracle, commencèrent à pleurer, en demandant pardon, et en suppliant miséricorde. Ce jour même, la rumeur du miracle parcourut tout le village, les villages voisins jusqu'au saint Siège même. En 1970 et plus tard 1981, une investigation scientifique fut encouragée par l'Eglise catholique. Les investigations furent toutes menées avec des procédures de haute gamme technologique. Les analyses, une fois terminée, permirent de conclure que : le sang du miracle est du vrai sang et la chair de la vraie chair et les deux sont d'origine humaine.

Certes, ce mystère était adressé au moine italien mais aussi au peuple du petit village et aux hommes de toutes les nations du monde et de toutes générations à venir. Chers frères et sœurs, célébrer L'Eucharistie ce n'est pas seulement recevoir  l'hostie consacré, c'est recevoir le corps du Christ, c'est vivre du Christ. Ce qui veut dire : nous devrons devenir reconnaissance comme le traduit bien le mot Eucharistie c'est-à-dire action de grâce. Nous devrons devenir merci perpétuels, pour tout ce qui nous est donné: la vie, l'air, les sourire et les services que les autres nous rendent. Mais aussi devenons offrande  c'est-à-dire placé sur la patène du prêtre à l'offertoire de la messe tout ce que nous avons fait de valable dans notre semaine. Offrir avec le vin de la messe, l'acceptation de nos souffrances, de nos solitudes, de  nos deuils, mais aussi nos joies car c'est Jésus qui se rend présent dans cette célébration.

Chers frères et sœurs, les autres sacrements nous apportent l'aide du Christ, l'Eucharistie nous donne le Christ lui-même. Nous avons à nous laisser pétrir par l'Esprit, façonner, malaxer par la grâce car chaque communion, chaque contact avec la chair même du Christ façonne en nous le fils de Dieu que nous sommes appelés à devenir. Et disons avec le curé d'Ars : « Oui, il n'y a rien de plus beau que l'Eucharistie ».

Abbé Arnaud NGOUÉDI - Vicaire à Saint-Martin