Inscriptions à la catéchèse

L'ÉVEIL À LA FOI : 1E ANNÉE (enfants nés en 2012)
20/9
à 20h  ou 27/9 à 20h
Salle St Martin 17 rue Jean Koch

LA DÉCOUVERTE DE JÉSUS : 2E ANNÉE*
13/9 à 20h  ou 25/9 à 20h
Salle St Martin 17 rue Jean Koch

L'ACCUEIL DU PAIN DE VIE : 3E ANNÉE*
11/9 à 20h  Salle St Martin 17 rue Jean Koch ou 17/9 à 20h à l'église St Donat

* la participation à l'étape précédente est une condition indispensable à l'inscription à cette étape

PROFESSION DE FOI ET CONFIRMATION

(enfants nés en 2008). Mercredi 19 septembre à 17h et à 20h (au choix) à la salle paroissiale 17 rue Jean Koch.

Si vous avez raté la réunion, merci de prendre contact le plus rapidement possible avec le secrétariat paroissial ou Anne Jaspart 0495/88.71.44


Homélie du dimanche 17 mars 2013 - 5ème dimanche de Carême PDF Imprimer Email
Année 2013

1ère lecture : du livre d'Isaïe (43,16-21)
2ème lecture : de la lettre de saint Paul Apôtre aux Philippiens (3,8-14)
Evangile : selon saint Jean (8,1-11)

Etrange scène que celle que nous rapporte l'évangile de Jean. Le silence de Jésus impressionne tout autant que ses paroles laconiques.

Nous sommes au petit matin, Jésus est déjà en train d'enseigner dans l'enceinte du Temple. Les scribes et les pharisiens - ces éternels bien pensants religieux - viennent une fois encore pour tendre un piège à Jésus.  Comme une meute hurlante, ils emmènent avec eux une femme qu'ils viennent de surprendre en délit d'adultère. Leur objectif n'est pas de l'accuser elle, mais de faire un procès à Jésus. Oui, nous sommes déjà dans le procès de Jésus, un traquenard et un procès où nous sommes entraînés nous aussi.

En effet, voilà bien une scène de la vie ordinaire. Et si nous la rapprochons de notre vie quotidienne, nous découvrons tout à coup qu'elle nous concerne directement : les scribes, les pharisiens et la foule qui jettent en pâture la femme adultère devant Jésus, c'est nous aussi.

Les cancans, les médisances, les calomnies, les jugements collectifs sans appel... voilà bien un mal contagieux, un virus tenace qu'on n'a toujours pas éradiqué de notre humanité. Parfois même, nous chrétiens, nous sommes du nombre des premiers « à jeter la pierre ».

La réaction de Jésus impressionne. Physiquement, il quitte le cercle infernal des accusateurs. Il s'abaisse et dessine sur le sol. Il se tait longuement. Comme il se taira plus tard devant Pilate au dénouement du procès que les hommes lui ont fait.

Son silence, il va le rompre avec une brève parole sans appel à ses accusateurs : « Que celui qui est sans péché lui lance la première pierre ». Autant pour nous !

Et Jésus de redescendre dans son mutisme jusqu'au moment où il se retrouve seul avec la femme humiliée... pour lui dire alors cette extraordinaire parole qui a toute la puissance et la profondeur divine : « Moi non plus, je ne te condamne pas. Va et désormais ne pêche plus. »

L'écoute amicale, les accompagnements psychologiques, les consultations parfois nécessaires chez les « psys » ne dispensent pas les chrétiens du « signe » fort de la parole de la communauté chrétienne qui nous dit par le ministère du prêtre, de la part de Dieu : « Ton péché est pardonné ». Non pas ta névrose, ta faiblesse ou ta différence mais bien  « ton péché », c'est-à-dire ce que, dans ta vie, consciemment, tu as refusé à Dieu. De grâce, n'appelons pas péché « toutes les fragilités de notre condition humaine ». Le péché, c'est un acte manqué de croyant. Et en ce sens, plus nous sommes croyants, plus nous avons conscience d'être pécheurs.

Le pardon divin, c'est un trésor que l'Eglise a reçu de Jésus pour le transmettre à toutes les générations, et cela malgré la propre fragilité des hommes qui en sont les serviteurs.

« Faire ses Pâques » selon la belle expression des anciens, c'est recommencer sa vie, avec la grâce de Dieu, en se découvrant aimé et pardonné.

N'est-ce pas la plus belle des paroles : « Moi non plus, je ne te condamne pas. Va et désormais ne pêche plus. » ?

Ce sacrement du pardon, je vous encourage à l'accueillir et peut-être à le redécouvrir en cette fin de Carême dans des démarches personnelles ou communautaires comme on vous en proposera tout au long de la Semaine Sainte.

Abbé Jean-Marie JADOT - Doyen de Saint-Martin

/* Style Definitions */ table.MsoNormalTable {mso-style-name:"Tableau Normal"; mso-tstyle-rowband-size:0; mso-tstyle-colband-size:0; mso-style-noshow:yes; mso-style-priority:99; mso-style-qformat:yes; mso-style-parent:""; mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt; mso-para-margin-top:0cm; mso-para-margin-right:0cm; mso-para-margin-bottom:10.0pt; mso-para-margin-left:0cm; line-height:115%; mso-pagination:widow-orphan; font-size:11.0pt; font-family:"Calibri","sans-serif"; mso-ascii-font-family:Calibri; mso-ascii-theme-font:minor-latin; mso-fareast-font-family:"Times New Roman"; mso-fareast-theme-font:minor-fareast; mso-hansi-font-family:Calibri; mso-hansi-theme-font:minor-latin;}