Jusqu'au 18 août, le secrétariat paroissial ne sera ouvert que les mardis et vendredis matin.

Le CDD d'Arlon est fermé jusqu'au 5 août

Homélie du dimanche 20 novembre 2011 - Christ Roi PDF Imprimer Email
Année 2011

1ère lecture : du livre d'Ezékiel (34,11-12.15-17)
2ème lecture : de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens (15,20-26.28)
Evangile : selon saint Matthieu (25,31-46)

La série des dimanches ordinaires s'achève aujourd'hui avec la Fête du Christ Roi de l'univers. L'image du Christ Roi de l'univers peut paraître déroutante pour nous les hommes. Les rois et les chefs de ce monde aiment à imposer leur puissance comme si le pouvoir signifiait la puissance. Dès le début de son ministère, Jésus s'est opposé à cette vision du pouvoir et de la royauté. Il a interdit à se disciples de se comporter comme les rois et les chefs de ce monde qui aiment les honneurs et imposent leur domination à leurs subalternes. Tout le combat de Jésus, ses vifs reproches  contre les prêtres, les scribes et les pharisiens consistaient à les ramener à la bonne manière d'exercer le pouvoir sur le peuple.

Ce combat de Jésus doit continuer dans et en dehors de l'Eglise. C'est vrai, Jésus est Roi en tant que Fils du Roi des rois, Fils de Dieu. Son Père l'avait associé à son pouvoir de créer avec lui l'univers ; il lui avait donné le pouvoir de sauver le monde par sa mort sur la croix ; il lui a donné enfin le pouvoir de revenir pour juger l'humanité. Au centre de ce pouvoir, il y a l'idée de se mettre entièrement au service des hommes créés à l'image de son Père. Que l'idée du jugement dernier ne nous trompe pas. Ce n'est pas le Christ qui va nous juger, c'est la loi de l'amour de Dieu et du prochain qui va nous départager entre ceux qui  ont aimé vraiment et ceux qui n'ont pas aimé comme il nous l'a dit de le faire.

La royauté Jésus s'enracine dans celle de son Père, roi des rois, rassembleur et sauveur. Dieu déclare par la bouche du prophète Ezéchiel : c'est moi qui ferai paître mon troupeau, qui le ferai reposer. Le roi est donc celui qui se met à la recherche de la brebis perdue, qui soigne celle qui est blessée, qui redonne la force à celle qui est faible. Et Jésus, en tant que Fils et image parfaite du père,  incarne ce projet de Dieu. Il déclare, au début de sa prédication évangélique, après son baptême par Jean-Baptiste, qu'il est rempli de l'Esprit-Saint pour annoncer la bonne nouvelle et pratiquer la charité vis-à-vis de plus pauvres et des malheureux .... (Luc 4, 16-19). Mais sachons-le très bien. Le Christ Roi de l'univers se réserve le droit de nous juger sur la manière dont nous vivons sa loi suprême d'amour. C'est la condition principale pour entrer dans son royaume.

Chaque baptisé doit, pour ainsi dire, renoncer à la recherche des honneurs, du prestige et de l'intérêt personnel. Il doit plutôt se mettre au service des plus pauvres et des plus petits : « J'avais faim et soif... » : oui, il y en a qui ont la faim matérielle parce qu'ils n'ont pas d'argent en ces temps de crise, de manque et de suppression d'emplois. Il y en a aussi qui ont faim d'amitié, faim d'être reconnus et considérés, faim de justice et de paix, faim d'amour. « J'étais étranger... » : il y en a qui sont étrangers et ont besoin d'être accueillis : les immigrés, les réfugiés, les sans-papier. Mais il y aussi d'autres manières d'être étrangers l'un à l'autre dans sa propre maison et dans sa communauté. C'est le cas des couples qui se déchirent, des voisins ou des copains de travail qui ne se parlent pas. « J'étais prisonnier... » : il y a des prisonniers incarcérés, des otages, qui attendent notre visite bienveillante et consolante. Il faut bien le faire.  Mais il y a aussi des prisonniers sous d'autres formes : prisonniers de leur réputation et prestiges, prisonniers de l'alcool, de la drogue, de mauvaises habitudes. Ces gens attendent notre fréquentation pour leur dire : avec Jésus et avec nous vos frères et sœurs, vos êtes aussi capables de vous libérer. « Qu'as-tu fait de ton frère ? », c'est la question par laquelle nous serons finalement jugés par le Christ Roi de l'Univers. Efforçons-nous d'être justes en pratiquant l'amour.

Abbé Adolphe BONYANGA - Vicaire à Saint-Martin