Nous avons le plaisir de vous communiquer le lien vers la vidéo du spectacle « En Chemin » à l'église Saint-Martin sur YouTube (version complète - 1h10)
Homélie du dimanche 14 août 2011 PDF Imprimer Email
Année 2011

1ère lecture : du livre d'Isaïe (56,1.6-7)
Evangile : selon saint Matthieu (15,21-28)

Spontanément, comme moi sans doute, vous vous posez la question : comment expliquer chez Jésus un tel repli sur soi, un réflexe aussi chauvin, voire un tel nationalisme sectaire et exclusif ?

Il nous faut nous rappeler que Jésus est né Juif. Il a épousé les valeurs mais aussi les préjugés de son peuple... C'est dans la pure logique de l'incarnation. Le Messie que le peuple attendait était perçu d'abord comme un sauveur pour les Juifs. De plus, pour Jésus, la mission était urgente ! Pas question de se disperser et de courir hors des frontières !

Mais voilà, c'était sans compter sur la foi désarmante de cette femme étrangère, une Cananéenne (une Libanaise) qui va toucher son cœur débordant d'amour et le faire changer d'avis et d'attitude. C'est la foi de cette mère en détresse qui va l'ouvrir à l'universel. Cette femme païenne mais avec une foi qui culbute les montagnes va offrir à Jésus l'occasion de comprendre le plan de Dieu (auquel il ne cesse de s'ajuster dans sa prière à son Père, dans le silence de la montagne) vient brusquement de s'accélérer : le Messie n'est pas seulement envoyé aux Juifs mais à tous les peuples !

Jésus vient de faire un bon décisif dans la prise de conscience de sa mission. A la supplication désarmante et insistante de cette femme, ses yeux s'ouvrent sur la réelle dimension de sa propre mission : il vient proposer un salut à tous les hommes et pas seulement à un peuple, fut-il "l'élu" !

Et c'est bien dans la foulée de cette impressionnante découverte que s'inscrit la mission de l'Eglise, à chaque génération : cette mission de salut est catholique, c'est-à-dire universelle, ouverte.

Comme ce que nous avons découvert du Christ à l'écoute de l'Evangile de ces derniers dimanches, l'Eglise de notre temps doit être largement à l'écoute de la volonté du Père, dans la prière. Mais aussi - c'est le message de ce dimanche -  à l'écoute des gens qui attendent une parole de libération et de guérison, un salut et un sens à leur vie... même si les appels sont confus et bien souvent étouffés par un voile d'indifférence et de dérision qui cache bien des souffrances...

Puisse le cri de cette femme rejoindre et toucher notre cœur de croyants ! Qui de nous est à l'abri de préjugés et d'idées toutes faites et sans appel ?

Nous le constatons aujourd'hui, face au relativisme moral, face au brassage des cultures et des opinions, la tentation est forte chez certains d'un repli identitaire et à des comportements intégristes.

Laissons le Christ nous redire : "N'ayez pas peur !" Le salut de l'Evangile réclame que nous nous mettions à l'écoute de l'universel et que nous privilégions, envers et contre tout, la voie du dialogue. L'amour de Dieu n'a pas de frontières. Dieu a plus d'un chemin pour rejoindre le cœur de l'homme !

Abbé Jean-Marie JADOT - Doyen de Saint-Martin