L'asbl AMANOCLAIR possède son site Web : http://www.clairefontaine-arlon.be

(Mis à jour pour la réservation de salles)

Lire la suite...
Homélie du dimanche 24 juillet 2011 PDF Imprimer Email
Année 2011

1ère lecture : du premier livre des Rois (3,5.7-12)
2ème lecture : de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains (8,28-30)
Evangile : selon saint Matthieu (13,44-52)

Dans les paraboles du Royaume de Dieu de ce dimanche, nous avons une invitation au bonheur et à la joie parfaite. Il nous faut percevoir cette vie nouvelle qui nous est offerte, une béatitude, même au milieu des contrariétés et les contrecoups du moment. Dans les lectures d'aujourd'hui, il y a un impératif de combattre tout ce qui avilit l'homme, ce qui détruit la personne humaine, ce  qui étouffe ses désirs légitimes. Donc, privilégions plutôt ce qui la personne humaine, à tout prix. C'est la mission de Jésus et de tout croyant. Le grand message de l'Evangile, c'est d'abord une annonce de bonheur. Ce dimanche, la « Bonne nouvelle de Jésus selon Matthieu » nous parle de la valeur exceptionnelle que l'homme reconnaît dans la trouvaille d'un grand trésor, « de grande valeur ». De quel trésor s'agit-il, car le texte ne le précise pas ? Que signifie vendre tout ce qu'on a pour acheter le champ avec son trésor (caché), o cet exemple du négociant à la recherche des perles fines ? Peut-on y percevoir le sens et la valeur des sacrifices ?

Souvent, on croit être plus heureux avec beaucoup d'argent et, pour obtenir ces richesses, certains n'hésitent pas à utiliser la guerre, les violences de toutes sortes, des stratégies malhonnêtes  et les compromissions. Est-ce cela qui peut vraiment nous combler ?
Eh bien non ! Jésus nous propose aujourd'hui un autre trésor. Il s'agit d'une valeur sûre qui nous est offerte gratuitement et sans mérite de notre part : un don ! Il dépasse infiniment tout ce que l'homme peut posséder. Ce trésor c'est l'amour de Dieu, c'est sa vie divine. Celui qui a trouvé ce trésor décide de tout vendre pour l'obtenir. Ils sont bienheureux ceux qui l'ont trouvé et qui ont donné sens à leur vie, voire chaque instant de leur vie jusqu'au dernier soupir. En fin de compte, ce trésor ne désigne pas une chose mais une personne. Tout au long de la Bible nous nous découvrons cette alliance entre Dieu et les hommes.Oui, « quand les hommes aiment Dieu, lui-même fait tout contribuer à leur bien, puisqu'ils sont appelés selon le dessein de son amour». St Matthieu nous invite ainsi à rencontrer quelqu'un, et à bâtir notre vie sur cette rencontre, sur « le Rocher », à remettre en question tout ce qui nous empêche de construire et de faire le bien, ... en famille, entre amis, en communautés.

C'était un grand bonheur ce samedi à St Martin de voir trois couples qui voulaient garder cette devise dans leurs foyers le jour de leur mariage, de découvrir « le trésor caché » au fond de leur amour et que c'est Dieu qui est à l'origine de leur projet d'amour, qu'il protège leur fidélité et leur communion. Esther et Sébastien feront de même samedi prochain. Oui, beaucoup de parents appellent leur enfant « mon trésor » (Hôtel Rwanda). Mais aussi, les parents sont pour les enfants un trésor et/ou une perle rare et irremplaçable. C'est toute la symbolique d'une maman et de son bébé. N'est-ce pas que pour l'enfant, tout ce dont elle a besoin c'est d'abord la tendresse ? L'amour des parents et le lait maternel suffisent pour que le bébé se voit comblé. Et Jésus est celui qui est venu « pour que tous les hommes aient la vie... en abondance ». La découverte d'une telle foi et l'accueil d'une telle valeur, la mise en pratique de ce secret, c'est vraiment la chance de notre vie. En un certain moment c'est vraiment une vie bien remplie. A la base de tout cela, il y a la rencontre vraiment extraordinaire avec le Seigneur, à travers un événement, une personne, un lieu précis, comme à Gabaon, « pendant la nuit », précise la première lecture.

La prière du roi Salomon vient à propos : Donne à ton serviteur un cœur attentif pour qu'il sache gouverner convenablement et discerner le bien et le mal. Il ne demande pas sa longévité, ni la richesse, ni la mort de ces ennemis..., mais un bon discernement.  Le Seigneur lui répond : Puisque c'est cela que tu as demandé, ... le discernement, l'art d'être attentif et de gouverner, je fais ce que tu as demandé ..., je te donne un cœur intelligent et sage.  Oui, le dimanche qui suit notre fête nationale, une  mise au point semblable à celle-ci s'impose. C'est en tout cas le vœu de nous tous, en particulier jeudi dernier lors du Te Deum.

Abbé Joseph SAGAHUTU - Vicaire à Saint-Martin