Abonnez-vous au journal paroissial « Carillons de Lorraine »

par porteur (à Arlon) 15 €,

par la Poste (en Belgique) 25 €

à remettre au secrétariat ou à verser sur le compte BE61 1096 5254 5917 de  la paroisse St-Martin


Homélie du dimanche 10 juillet 2011 PDF Imprimer Email
Année 2011

1ère lecture : du livre d'Isaïe (55,10-11)
2ème lecture : de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains (8,18-23)
Evangile : selon saint Matthieu (13,1-23)

Quel bonheur que ce langage en paraboles ! Non pas un langage moralisant mais bien "à partir de la vie", un regard de tendresse sur les choses de la vie... et en même temps un langage universel dans le temps et dans l'espace.

De quoi nous parle Jésus ce dimanche ? D'un Dieu qui "est sorti de chez lui" pour semer sa parole dans le cœur des hommes, d'un Dieu qui sort de chez lui pour parler aux hommes. Dans ce langage riche en images simples, Jésus nous parle de la fécondité de la Parole de Dieu au contact de nos vies. Cette fécondité est la rencontre du don de Dieu et de l'accueil que l'homme lui fait.

Mais, il nous parle aussi des obstacles à la germination de la Parole de Dieu dans le cœur de l'homme.

Il y a tout d'abord les oiseaux ! Vous savez, les oiseaux qui s'abattent par  centaines dans le cerisier et qui, en moins de temps qu'il ne faut pour le dire, ont tout volé ! Des oiseaux qui s'abattent aujourd'hui sur notre société - spécialement sur la jeune génération - pour voler les graines d'Evangile qu'on a essayé de semer dans les cœurs, nous en connaissons quelques espèces ! Combien d'adolescents aujourd'hui rouvriront-ils un jour la Bible (ou l'Evangile) qu'ils ont reçue le jour de leur profession de foi ? Combien entendent-ils encore la Parole de Dieu le dimanche à l'Eucharistie ? Aujourd'hui, l'indifférence occupe si subtilement le terrain... et ensuite l'oubli.

A côté des oiseaux, il y a les cœurs de pierre, réfractaires à l'Evangile... le sol pierreux où la Parole divine ne peut prendre racine... tous ces cœurs qui refusent Dieu par opportunisme ou lâcheté, par peur du quant dira-t-on !

Viennent encore les obstacles de parcours, les ronces qui renaissent sans cesse et qui, un jour ou l'autre viennent à bout de la fidélité du croyant : le matérialisme ambiant, les soucis du monde, la course à l'avancement et au niveau de vie supérieur, les séductions de la richesse... Méfiez-vous des ronces ! Personne parmi nous n'est à l'abri des chants des sirènes, de la tentation des idoles....

Vient enfin l'action de grâce pour la fidélité du croyant qui sait qu'il ne peut se passer d'écouter la Parole et qui prend le temps pour la comprendre, pour s'en pénétrer... Heureuses les terres fertiles qui produisent de bons fruits : des melons de Provence, des pommes de terre de Gaume ou du vin de Bourgogne ! Tant de terres différentes... et heureusement pour la variété des fruits ! Nos cœurs sont différents et Dieu nous aime tous ! Une même Parole de Dieu demande d'être entendue mais la variété des fruits que nous lui permettrons de porter c'est la richesse du mystère de l'Eglise que nous formons !

Heureux temps de vacances... s'il nous permet de travailler notre terre, de laisser la Parole de Dieu faire son œuvre en nous... et peu à peu produire des fruits de vie nouvelle !

Abbé Jean-Marie JADOT - Doyen de Saint-Martin