Parking autour de St-Martin

La zone bleue a été étendue tout autour de l'église, rue du Transept et rue J. Koch. N'oubliez pas de mettre votre disque de stationnement !


Homélie du dimanche 22 mai 2011 PDF Imprimer Email
Année 2011

1ère lecture : du livre des Actes des Apôtres (6,1-7)
2ème lecture : de la première lettre de saint Pierre Apôtre (2,4-9)
Evangile : selon saint Jean (14,1-12)

Comme autant de phares dressés entre le ciel et la terre, nos églises de pierre fascinent toujours les regards et servent de repères à beaucoup pour les périples et les étapes essentielles de nos vies... particulièrement notre église Saint-Martin que nous redécouvrons toute rose de bonheur chaque printemps parmi les cerisiers en fleurs... cette année avec quelques semaines d'avance !

Solidement construites, édifiées avec l'audace de la foi, nos églises de pierre se veulent comme des miroirs du visage de l'Eglise du Christ qui est faite "de pierres vivantes et saintes", comme l'apôtre Pierre vient de nous le rappeler dans la deuxième lecture de ce dimanche pascal. Ces pierres, elles sont taillées différemment et ont des fonctions diverses pour constituer autour du Christ, qui en est la pierre d'angle, un édifice harmonieux et surtout signifiant de la bonne nouvelle de Jésus.

Quand nous parlons de "pierres saintes", nous savons bien que nous ne le sommes pas tous, loin s'en faut ! Le péché continue à nous menacer tous ! Mais la sainteté qu'il nous faut essayer de rayonner, c'est la sainteté de Dieu, c.à.d. son amour rayonnant pour toutes ses créatures. Notre mission de baptisés, c'est de faire voir au monde que la beauté de la vie et son but ultime, c'est la joie d'aimer et de se savoir aimé. C'est notre mission... même si nous restons "des vases fragiles" (Paul).

Dans la page de son Testament que nous venons de lire ce dimanche, Jésus nous parle de l'au-delà de la mort, ce que nous appelons la Vie éternelle, comme des retrouvailles éternelles à "la maison du Père", où tous sont invités. Pour parvenir à cette maison d'amour, Jésus nous redit, comme à Thomas (l'apôtre qui pose toujours les bonnes questions !) qu'il est, lui, "le chemin" qui y mène.

Le christianisme, souvent décrié et agressé aujourd'hui, c'est bien autre chose qu'un étalage de dévotions et de nostalgies du passé, c'est le choix d'une amitié, toujours à entretenir, avec Jésus, le Christ. "Je vous appelle mes amis, disait-il avec émotion, à ses disciples, quelques heures avant sa mort, car tout ce que j'ai appris de mon Père, je vous l'ai fait connaître."

Dans la Parole de Dieu ce dimanche, il me semble percevoir deux grands défis lancés aux communautés chrétiennes et à l'Eglise de notre temps.

Le premier, c'est bien de proposer des espaces et des temps forts pour permettre au plus grand nombre, aux enfants à travers la catéchèse initiale mais aussi aux jeunes, aux adultes et aux aînés d'approfondir et de souder leur amitié avec Jésus qui se propose à tous comme le chemin vers la Maison du Père, la Vérité qui nous libère de toutes nos idolâtries et drogues modernes et comme la Vie plus forte que toutes les forces de mort.

Le deuxième défi, c'est celui que les apôtres et la première génération ont eux-mêmes relevé en créant le diaconat pour répondre à des besoins nouveaux. Puissions-nous vivre aujourd'hui une Eglise qui ne se crispe pas sur "ce qu'on a toujours fait"... mais qui ose encourager et instituer de nouveaux ministères pour la vie de nos communautés et le rayonnement de l'Evangile !

Abbé Jean-Marie JADOT - Doyen de Saitn-Martin