La Fête de Sainte Faustine avec la Conférence sur la Miséricorde Divine et la Miséricorde à travers la libération

VENDREDI 5 ET SAMEDI 6 OCTOBRE 2018

CONFÉRENCE GUIDÉE PAR LE PÈRE PAUL MARIE DE MAUROY,

Père Paul Marie de Mauroyest frère de la Communauté StJean, philosophe et théologien,ayant exercé diverses responsabilités dans l'Eglise (surtout de prédication). Il est actuellement exorciste des Diocèses de Modène (Italie) et de Beauvais(France).

Lire la suite...
Homélie du dimanche 15 mai 2011 - Professions de Foi et Confirmations PDF Imprimer Email
Année 2011

Nous  fêtons aujourd'hui le quatrième dimanche de Pâques, et c'est toujours dans l'Eglise le dimanche où l'on prie pour les vocations. Pas seulement, même si on y pense d'abord, les vocations de professionnels dans l'Eglise que sont ceux qui s'engagent dans la vie consacrée, dans la vie religieuse, ou bien dans le ministère de diacre, de prêtre, et qui font de cet engagement la première des priorités dans leur vie. Mais aussi, les vocations c'est, dans un sens plus large, Dieu qui appelle tous les baptisés. Qui les appelle à quoi ? Posons-nous la question...

Se poser la question, c'est déjà ouvrir au Seigneur la possibilité de nous dire une parole. Je voudrais brièvement, au cours de cette eucharistie, réfléchir avec vous sur la première lecture que nous avons entendue aujourd'hui, celle de saint Paul. Les évangiles c'est bien, c'est la révélation concrète, mais à l'état brut de notre foi. Ce sont les paroles de Jésus, ce sont ses actes. Et puis après, il faut dans un deuxième temps, laisser décanter tout cela.

Et saint Paul est un merveilleux pédagogue dans la mesure où il a déjà laissé mûrir en lui les paroles de Jésus  et l'expérience de foi. Saint Paul, c'est quelqu'un qui a déjà mis sa foi en pratique. Qui est confronté à des problèmes semblables aux nôtres. Qui a reçu la parole de Dieu de manière éclatante, subite. Qui réfléchit à la manière de la traduire dans nos vies, dans sa vie à lui, dans la vie des chrétiens auxquels il avait la mission d'aller porter la parole de Jésus. Alors saint Paul dit aux chrétiens qui l'écoutent : "Convertissez-vous, recevez le baptême, et l'Esprit Saint viendra sur vous."

Remarquez combien l'Esprit Saint, dans le cœur des croyants, est indissolublement lié au baptême. Et combien aussi le baptême, dans les premiers temps de l'Eglise, était précédé d'une conversion radicale. Aujourd'hui les choses ont un peu changé. On est baptisé petit, et la conversion se fait pendant toute sa vie. Aux premiers temps de l'Eglise, on était baptisé adulte, et c'était un bouleversement profond de vie. On arrivait au baptême après avoir suivi pas mal d'épreuves qui vérifiaient la réalité de sa conversion. Aujourd'hui, pour chacun des chrétiens que nous sommes, la conversion est une œuvre permanente après avoir reçu le baptême. Une œuvre permanente à reprendre chaque jour grâce à l'Esprit Saint.

Saint Paul dit aux chrétiens qui l'écoutent : "Portez une oreille attentive à la Parole de Dieu." Quand nous venons à l'eucharistie, on n'entre pas tout de suite dans le mystère eucharistique, dans le centre même de la messe. On commence par recevoir la Parole de Dieu. Voilà pourquoi il est important d'y être bien disposé, d'y être présent, donc d'arriver à temps, parce que cette parole de Dieu nous rejoint directement là où nous sommes. Et c'est dans la mesure où ils ont reçu la Parole que les nombreux auditeurs de saint Paul recevaient ensuite le baptême.

Importance dans notre vie de croyant de cette Parole de Dieu, qui ne peut résonner en nous, que nous ne pouvons comprendre, du moins approcher le mieux possible, de nos propres forces. L'Esprit de Jésus vient au secours de la faiblesse de notre intelligence et de notre volonté. A tout moment de la vie, cette intervention de Jésus est nécessaire.

On peut étudier les évangiles, on peut étudier la Bible, on peut étudier l'Eglise, on peut étudier les sciences de la théologie, d'une manière intellectuellement satisfaisante ou brillante, mais sans s'y impliquer vraiment. Il y a des universités non chrétiennes dans lesquelles une faculté de l'histoire des religions approche les différentes religions. Mais quand vous entendez ces personnes très érudites, vous parler de Jésus, de l'histoire du peuple juif, de l'événement du Christ dans l'histoire du monde, de ces répercussions aujourd'hui dans notre présent, vous vous rendez compte qu'on est très loin de la plus petite explication modeste de la parole de Dieu par un croyant. Pourquoi ? Parce que pour recevoir avec fruit cette parole de Dieu il faut déjà y être ouvert dans la foi. Cette foi, qui est une démarche personnelle d'adhésion.

Si aujourd'hui vous avez demandé à renouveler votre profession de foi et à recevoir explicitement l'Esprit Saint devant tous ceux qui sont ici réunis, c'est qu'à votre niveau, à votre âge, vous avez perçu la nécessité d'être des témoins du Christ. D'oser dire notre foi ! Et ce n'est pas facile de dire sa foi aujourd'hui ! L'Eglise est fortement balayée par des vents contraires, et vous entendez beaucoup de critiques à l'égard de l'Eglise, de ceux qui la composent, de certains qui ont un comportement inavouable... Ne vous arrêtez pas à cela, remontez à la source Jésus ! Laissez-vous enseigner par lui, laissez-vous toucher le cœur par Jésus lui-même. Essayez d'entrer dans sa manière d'être, dans sa relation avec Dieu son Père, avec les autres qui vivaient autour de lui.

Approfondissez cet amour du Christ personnel, car notre foi c'est d'abord une foi personnelle selon deux acceptions : la première qu'elle vienne de notre personne, de notre décision, mais aussi c'est une foi à l'égard de la personne de Jésus, envers Jésus. C'est lui qui nous rassemble, c'est lui qui assure de prolonger sa présence au milieu de nous par l'Esprit Saint, qui réunit à la fois la parole de Dieu et en même temps le don de Jésus de sa vie par ces paroles qui seront prononcées tout à l'heure sur le pain et sur le vin, paroles par lesquelles le prêtre demande la descente de l'Esprit Saint  sur ces matières qui deviennent le Corps et le Sang de Jésus.

En ce moment donc, moment important de votre foi, vous reprenez très simplement l'essentiel de notre rapport au Christ. Une attention à sa parole, une disposition de le recevoir dans nos vies, dans nos cœurs, dans nos corps par la communion eucharistique, et un désir d'être les envoyés du Seigneur.

A la fin de la messe, on dit toujours : "Allez dans la paix du Christ !", qu'est-ce que cela représente pour nous ? "Allez dans la paix du Christ", aller où ? Faire quoi ? Seul l'Esprit de Dieu nous donne les réponses et la force d'être des témoins dans un monde difficile où affirmer sa foi ne va jamais de soi ! Mais soyez sans crainte !  Car par l'Esprit de Jésus, la paix de Dieu est avec vous ! Ne vous interrogez pas sur ce qu'il faudra répondre à certains moments, l'Esprit viendra en vos cœurs et sur vos lèvres vous éclairer et vous donner cette force d'être des envoyés. N'oubliez jamais cela !

Le sacrement que vous recevez aujourd'hui, n'est pas comme un trésor que l'on met à la banque ou dans un coffret ; il est destiné à être répandu largement. Soyez fidèle à la Parole. Soyez fidèle à la prière aussi ! On ne peut pas être ouvert à l'action de l'Esprit en nous si on n'est pas branché, connecté, en lien direct avec le Seigneur par la prière ! La prière est un formidable réseau qui relie tous les chrétiens quand ils s'adressent à leur Père, quand ils s'adressent au Christ notre frère, quand ils s'adressent à l'Esprit qui nous réunit aujourd'hui.

Chanoine Jean-Marie HUET - Vicaire épiscopal