Des nouvelles du projet  de solidarité avec Lokolama au Congo

C'est en 2007, à l'occasion du centenaire du début de la construction de notre église Saint-Martin, qu'est né, à l'instigation de notre Doyen Jean-Marie JADOT, le projet de solidarité "PARTENARIAT IBANGA" dont l'objectif était de construire un Centre de Santé à Lokolama. Lokolama se trouve en pleine forêt tropicale de la République démocratique du Congo, dans l'actuelle province de Mai-Ndombe, province dont le chef-lieu est Inongo sur le lac Léopold II.

Lire la suite...
Homélie du dimanche 3 avril 2011 - 4ème dimanche de Carême PDF Imprimer Email
Année 2011

"En passant, Jésus vit un homme qui était aveugle de naissance"... "Les disciples l'interrogèrent comme sans doute beaucoup parmi nous auraient eu envie de le faire : "Rabbi pourquoi cet homme est-il né aveugle ? Est-ce lui qui a péché ou bien ses parents ?"... Revoilà la terrible question de la responsabilité de l'homme face au malheur innocent. Est-ce possible que la souffrance de l'innocent soit une conséquence du péché de l'homme ? Qui de nous, un jour ou l'autre, n'a pas été tenté de s'écrier : "C'est bien fait pour lui !"

Jésus est radical dans sa réponse : "Ni lui, ni ses parents !" Très catégoriquement, Jésus détruit la liaison pernicieuse entre la maladie, la souffrance et le péché. Jamais le Christ ne valorise la souffrance ! Mais il ajoute cette parole étonnante : "Tant que je suis dans le monde, je suis la Lumière du monde." Dieu nous rejoint jusque dans nos nuits les plus sombres... non pas pour donner sens à la souffrance mais (comme l'a écrit le père Philippe Bacq) pour donner sens à ce que je deviens dans la souffrance.

"Je suis la lumière de monde". Jésus dit cela comme une chose ordinaire. La lumière, il est vrai, c'est tellement simple. Par elle, les plantes poussent, les oiseaux chantent et l'homme peut regarder son frère dans un sourire.

Et Jésus, la lumière, fait de la boue d'un peu de terre et de salive, de cette boue féconde où peut éclore la vie. Comme au premier matin de la création, lorsque le créateur avait tiré l'homme du néant. De cette nouvelle création, nous sommes appelés aujourd'hui encore, à être les témoins émerveillés. Quand Jésus lui ordonne d'aller se laver, l'homme aveugle ne pose pas de questions. Il fait confiance à celui qui l'a regardé... Et l'aveugle est revenu, n'en croyant pas ses yeux, se moquant des critiques ! Toute re-création commence par un regard... Toute aventure d'amour commence par un échange de regards. A la question lancinante : "Pourquoi le mal ?" Jésus répond en allant à la rencontre de ceux qui souffrent. Il les regarde.

Frères et sœurs, nous qui sommes ici dans cette église, "sous le regard de Dieu", nous qui croyons au Christ comme à la lumière du monde, est-ce avec son regard que nous regardons les autres et le monde ? Lorsque vous êtes entrés dans cette église, il y a 20 ou 25 minutes, celui à côté de qui vous vous êtes assis, comment l'avez-vous regardé ? A-t-il eu droit ne fut-ce qu'à votre sourire ?

Ne fuyons pas la question ! La conversion du regard qui est la vitrine de la conversion du cœur, elle passe par les mille et une rencontres d'une journée. Que de vies n'ont pas été changées par une attention, un regard, un sourire. A l'aube de nos amours humaines, de nos aventures spirituelles, il a toujours suffi que deux regards se croisent. L'amour commence toujours par un regard...

En ce quatrième dimanche de Carême, comme nous sommes invités à le vivre depuis 50 ans, nous allons vivre un geste de partage avec des frères du Tiers-Monde qui ont besoin de notre solidarité, cette année tout particulièrement avec des paysans des Philippines engagés dans un vaste programme de promotion de l'agriculture paysanne durable. Notre geste de solidarité, c'est plus qu'ouvrir notre portefeuille... c'est d'abord les regarder autrement. Rappelons-nous que celui qui se dit être la Lumière du monde nous a dit aussi en regardant ses disciples : "Vous êtes la lumière du monde !"

Abbé Jean-Marie JADOT - Doyen de Saint-Martin