Fête nationale du 21 juillet

Célébration interconfessionnelle à 10h à St-Martin

Homélie du dimanche 28 décembre 2008 - dimanche de la sainte famille PDF Imprimer Email
Année 2008

Ce dimanche, en guise d'homélie voici trois prières, trois méditations :

 

 

PRIERE DU COUPLE

 Seigneur, toi qui est l’Amour, donnes nous de réaliser, dans notre vie de couple, que :
le travail sans amour rend esclave,
la justice sans amour rend impitoyable,
la vérité sans amour rend critique,
le savoir sans amour rend présomptueux,
la responsabilité sans amour rend autoritaire,
l’intelligence sans amour rend calculateur,
la mémoire sans amour rend rancunier,
la gentillesse sans amour rend hypocrite,
l’honneur sans amour rend orgueilleux,
la richesse sans amour rend avare,
l’offrande sans amour rend amer,
la foi sans amour rend fanatique.

 

PRIERE DU PARENT

Seigneur, je remets entre tes mains le nom de mon enfant.
Grave-le profondément en toi afin que rien ni personne ne puisse l’enlever.

Protège-le chaque fois que je suis contraint(e) de lâcher sa main.
Que ta force soit toujours plus grande que sa faiblesse.

Je ne te demande pas de lui épargner tout chagrin
mais d’être sa consolation lorsqu’il sera seul ou dans la peur.

Garde mon enfant dans ton Alliance, en ton Nom.
Ne le laisse jamais s’éloigner de toi à aucun moment de sa vie.

Seigneur, je remets entre tes mains le nom de mon enfant.

 

PRIERES D’UN ENFANT

 Maman, Papa, c’est important, pour moi, que vous sachiez me dire non,
que vous ne me laissiez pas croire que vous pouvez être tout pour moi,
que je peux être tout pour vous.

 Maman, Papa, surtout entendez mes désirs mais n’y répondez pas tout de suite.
En les satisfaisant trop vite… vous risquez de les assassiner.

Confirmez-moi que j’en ai, qu’ils sont recevables ou irrecevables,
mais ne les prenez pas en charge à ma place.

Maman, Papa, s’il vous plaît, ne revenez pas trop souvent sur un refus,
ne vous déjugez pas.
Pour que je puisse ainsi découvrir mes limites et avoir des repères clairs.

 Maman, Papa, même si je réagis, si je pleure, si je te dis à toi, Maman, « méchante et sans cœur… », reste ferme et stable cela me rassure et me construit.
Si je t’accuse toi, Papa, « de ne rien comprendre », ne m’enferme pas dans mes réactions.

 Maman, Papa, par pitié,
même si je tente de vous séduire, résistez,
même si je vous inquiète, ne vous soumettez pas,
même si je vous agresse parfois, ne me rejetez pas.
C’est comme cela que je pourrai grandir

(cette dernière prière est de Jacques Salomé)

 

Abbé Pietro CASTRONOVO – Vicaire de Saint-Martin