Connaissez-vous la newsletter bimensuelle du diocèse : elle contient des informations sous forme d'un éditorial, de reportages et d'un agenda ?
Pour  vous y inscrire, il suffit des surfer sur  http://www.diocesedenamur.be et de cliquer dans le menu de gauche sur « Newsletter : inscription ».

Homélie du dimanche 5 octobre 2008 PDF Imprimer Email
Année 2008

1ère lecture : du livre d'Isaïe (5,1-7)
2ème lecture : de la lettre de saint Paul Apôtre aux Philippiens (4,6-9)
Evangile : selon saint Matthieu (21,33-43)

"Je chanterai pour mon ami le chant du bien-aimé à sa vigne. Mon ami avait une vigne sur un coteau plantureux…" Et Jésus, à son tour, de reprendre ce chant d'amour d'Isaïe dans une parabole particulièrement interpellante pour ses auditeurs : "La vigne que je t'ai donnée, qu'en as-tu fait ?"

 

 

En ce dimanche d'automne, qui est la journée d'inauguration de la stèle commémorative de la nécropole comtale de Luxembourg sur le site historique de Clairefontaine qui fait aujourd'hui partie du patrimoine de notre paroisse Saint-Martin, permettez-moi de réécrire cette parabole aux couleurs de chez nous !

Frères et sœurs de Saint-Martin, amis de Clairefontaine, de nos deux Luxembourg (et d'ailleurs), écoutez cette parabole : Je connais une paroisse propriétaire d'un fabuleux domaine dans la bucolique vallée de Clairefontaine, là où, en l'an 1214, la comtesse Ermesinde planta une vigne spirituelle, une communauté de filles de Saint Bernard tout données à la louange de notre Dieu. Cette vigne du Seigneur porta du fruit durant près de six siècles. Comme toute vigne et tout domaine, elle connût les turbulences de ce monde, les caprices ravageurs de la nature avec, à plus d'une reprise, la montée catastrophique des eaux de la Durbach qui arrose la vallée… mais aussi le péché de l'humanité son orgueil, son avidité, ses bassesses, cette violence toujours aux aguets qui finit, au temps ombrageux de la révolution française, par incendier et anéantir la vigne de Clairefontaine, un matin de Vendredi Saint, le 18 avril 1794.

Durant trois quarts de siècle, le domaine ne fut plus qu'un champ de ruines jusqu'au jour où les Pères Jésuites, récemment installés à Arlon, redonnèrent vie à ce coin de paradis perdu… pour le plus grand bonheur des novices et aussi des gens du pays du pays d'Arlon ! Durant près d'un siècle, on profita d'un nouveau produit de la vigne.

Survinrent d'autres fragilités, d'autres remises en question dans la société et l'Eglise de la seconde moitié du 20ème siècle. Les bons Pères durent se décider à vendre le domaine avant de transférer le noviciat vers d'autres cieux.

Avec dynamisme et audace, à l'initiative du Doyen Mathen, de nouveaux vignerons et de nouveaux serviteurs bénévoles de la paroisse Saint-Martin prirent le relais sous la houlette de notre ami Paul Thimister pour que le domaine reste un lieu d'accueil pour tous. Et puis, dans le 20ème siècle finissant, un nouveau souffle de vie traversa la vallée : une grande concertation providentielle entre divers partenaires (Région Wallonne, Grand Duché et paroisse Saint-Martin) permit à la sépulture d'Ermesinde, à la chapelle Notre-Dame du Bel Amour, aux ruines de l'abbaye mais aussi à la maison d'accueil du Bardenbourg de connaître une nouvelle résurrection pour le bonheur de tous ! La cheville ouvrière de cette résurrection, c'est aujourd'hui notre ami Pierrot Mandy, "notre père abbé" comme ses amis l'appellent avec affection !

A travers cette tumultueuse et à la fois merveilleuse aventure de la vigne plantée par Ermesinde et que nous avons reçu en héritage, il y a un message essentiel qui nous est aujourd'hui rappelé, celui que Jésus a voulu faire passer il y a 2000 ans à ses apôtres et à ses contemporains : Dieu nous fait le don, le cadeau de son Amour pour le faire fructifier pour notre bonheur à tous, déjà sur cette terre ! Ce message est toujours actuel !

Mais l'histoire des hommes nous apprend, comme la parabole de l'Evangile que la réponse à ce don ne suit pas toujours ! Mesquineries, jalousie, égoïsme, avidité, domination… sont autant de fruits amers et de saccages de la vigne. Le péché menace sans cesse de revenir ! A nous d'être vigilants !

Aujourd'hui, mes amis, rendons grâce pour l'amour reçu et offert, pour l'amitié, la générosité, la disponibilité et l'accueil vécus en ce moment autour de la vigne de Clairefontaine… comme d'ailleurs dans bien d'autres activités et services de notre communauté ! (Je l'évoquais il y a 15 jours encore !)

L'eucharistie inaugurée dans la mort et la résurrection du Christ et célébrée chaque dimanche au cœur de nos communautés est le signe toujours renouvelée de la victoire de l'amour de Dieu sur toutes les forces de destruction et de mort !

"Tu es béni, Dieu de l'univers, toi qui nous donne ce vin, fruit de la vigne… et du travail de tous ces bénévoles… Nous te les présentons, qu'il soit pour nous le vin du Royaume éternel !"

 

Abbé Jean-Marie JADOT – Doyen de Saint-Martin