Laurent Voulzy sera en  concert à St-Martin le jeudi 18 octobre (complet) et  le jeudi  8 novembre à 20h30.

Les billets sont en vente sur internet à la Fnac et   au Parc Music rue de la Poste à Arlon

Homélie du dimanche 24 août 2008 PDF Imprimer Email
Année 2008
1ère lecture : du livre d'Isaïe (22,19-23)
2ème lecture : de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains (11,33-36)
Evangile : selon saint Matthieu (16,13-20)

Quelques instants après l'exploit à l'autre bout du monde, la journaliste de la RTBF s'écriait ce vendredi aux infos de 15 heures : "Merci les filles !". "Historique" titrait en grand "L'Avenir" de ce weekend ! Tous les médias belges en pince pour les "Gazelles argentées" ! Hanna, Olivia, Elodie, Kim… leurs prénoms résonnent à toutes nos oreilles ! Hier, on a remis cela "en or" cette fois avec Tia Ellebaut !...

Cela se passait, il y a près de 2000 ans, en des jours beaucoup moins médiatisés dans la région de Césarée de Philippe. En fait, la renommée du rabbi de Nazareth s’est étendue jusque là, au bord de la mer… Et c’est lui-même qui fait un sondage auprès de ses disciples (ce qui suppose qu’ils aient été à l’écoute des gens), non pas sur son message ou sur ses actes (ai-je bien parlé, ai-je été entendu, ai-je été compris… ?) mais sur son personnage : qu’est-ce que les gens disent de lui ?

L’opinion publique, en effet, a quelque chose à dire là-dessus. Jésus n’est pas une propriété privée, ni même un joyau propre aux chrétiens. Lui-même accepte que la foule l’appréhende diversement. La foule de son temps parle de lui. Et pas nécessairement pour dire des bêtises. Ils vont chercher des références dans leur histoire sainte, dans leur patrimoine spirituel ou dans l’actualité religieuse du moment : « Tu es Jean-Baptiste ». Pour d’autres : Elie ou Jérémie ou l’un des prophètes.

Aujourd’hui encore, bon nombre de nos contemporains situent Jésus à une place honorable des références morales ou spirituelles de l’humanité. « Quelqu’un qui fait avancer la conscience de l’humanité… » ou encore – comme disait un couple de jeunes parents – « quelqu’un qui nous permet de proposer des valeurs à nos enfants »… C’est déjà cela ! … mais…

De la part des disciples d’hier et des chrétiens d’aujourd’hui, Jésus attend une autre réponse. Il repose la question avec insistance. Il attend une réponse qui sorte des profondeurs du cœur, une réponse d’adhésion, une réponse qui crée une relation vitale et qui fonde un corps, le corps de l’Eglise, une réponse qui engage un choix de vie et une solidarité – un vécu même – avec les autres disciples.

Frères et sœurs, la question n’est pas périphérique. Elle devient cruciale dans l’Eglise de notre temps. Elle engage l’avenir de la foi chrétienne pour le 3ème millénaire. Pour vous comme pour moi, frères chrétiens, quelle est la profondeur de la réponse que nous donnons à Jésus-Christ ?

Elever la foi chrétienne au-delà de l’anecdotique et du conformisme social est sans doute le plus grand défi de l’Eglise et des chrétiens d’occident dans les prochaines années. Donner une consistance à notre profession de foi et l’incarner dans de vrais engagements de vie. Je vous souhaite de tout cœur de pouvoir réfléchir à la question et d’y donner une réponse personnelle… et en même temps d’aider, à votre niveau, notre communauté à accompagner cette question et à y répondre par une formation et une spiritualité appropriées.

La question que Jésus pose à ses disciples ce dimanche, il nous faut la creuser en profondeur : "Qui suis-je pour toi ?"

Abbé Jean-Marie JADOT – Doyen de Saint-Martin