Homélie du 2 novembre 2007 PDF Imprimer Email
Année 2007

1ère lecture : du livre d'Isaïe (25,6-10)
2ème lecture : de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens (15,51-57)
Evangile : selon saint Jean (6,51-58)

"Celui qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi et moi en lui…" Celui qui mange de ce pain vivra éternellement.

La prière pour les morts appartient à la plus ancienne tradition chrétienne, de même que l'offrande du sacrifice eucharistique, "pour que brille à leurs yeux la lumière sans déclin". A chaque messe, l'Eglise prie d'abord "pour tous ceux qui reposent dans le Christ" mais elle élargit sa prière à "tous les hommes qui ont quitté cette vie" et dont "il connaît la droiture", pour reprendre les diverses expressions des quatre prières eucharistiques.

Pour les chrétiens pour qui l'Eucharistie est encore un des piliers essentiels de leur foi, la messe et tout particulièrement la messe dominicale est à chaque fois un intense moment de communion, de présence et d'espérance avec leurs défunts.

A quatre reprises au cours de la messe, le prêtre souhaite à l'assemblée : "Le Seigneur soit avec vous !". Cette petite phrase est en quelque sorte le fil rouge de toute eucharistie, elle éveille notre attention et notre foi aux expressions diverses et complémentaires de la présence du Seigneur à nos vies au cours d'une célébration.

Ce souhait du prêtre, nous risquons parfois de l'entendre d'une oreille distraite et pourtant il est tellement porteur de notre foi chrétienne : En Jésus-Christ, Dieu est entré dans notre histoire, il s'est fait chair, il e st avec nous et sa résurrection nous assure d'une présence intense et éternelle ! Il est avec nous pour toujours !

Lorsque je célèbre des funérailles, je suis toujours ému de découvrir combien ce petit souhait qui ponctue l'Eucharistie d'Adieu met en lumière, admirablement, ce cri de notre foi : "Le Seigneur est au milieu de nous, il ne nous lâche pas la main !

Le prêtre le souhaite une première fois au début de la célébration quand tous les parents et amis du défunt et de la famille sont rassemblés autour du cercueil et autour de l'autel. La sympathie, l'amitié et la fraternité sont des valeurs tellement importantes quand la mort d'un être aimé nous frappe. Quand il n'y a plus personne pour entourer le défunt, c'est toujours triste, il y a un manque.

Quelle consolation quand le prêtre peut inviter la famille dans la peine à découvrir qu'ils sont entourés, aimés ! Oui, dans cette communion fraternelle s'exprime la présence de Jésus. "Le Seigneur est avec vous !"

Ce souhait est reformulé une deuxième fois avant de lire l'Evangile, cette parole de Dieu toute remplie d'espérance qui nous redit sans cesse que l'amour est plus fort que la mort et que la Résurrection du Christ, c'est déjà la victoire de la Vie !  Quelle chance nous avons, nous chrétiens, d'avoir la Parole de Dieu pour éclairer notre vie et croire en la vie éternelle. Une troisième fois le prêtre redit ce souhait en commençant la préface qui ouvre la grande prière eucharistique : dans ce pain partagé et cette coupe offerte, Jésus a voulu rester avec nous vivant et présent à nos joies comme à nos peines. C'est sa résurrection et la nôtre que nous proclamons et célébrons ! "Qui mange de ce pain vivra éternellement !" Dans la communion au corps du Christ, nous rejoignons tous ceux qui sont morts en Lui. Nous en faisons mémoire.

Enfin, juste avant de nous bénir et de nous renvoyer poursuivre la route de notre vie – même si la douleur de la séparation de l'être aimé peut être cruelle – une dernière fois le prêtre dit à la famille et aux amis dans la peine : "que le Seigneur reste avec vous, il marche à vos côtés !" La vie éternelle elle commence ici-bas. Nous l'inaugurons dans tous nos gestes et nos paroles d'amour ! Continuez d'aimer… c'est là que se poursuit l'Eucharistie et la communion avec ceux que vous aimez !

Abbé Jean-Marie JADOT – Doyen de Saint-Martin