Des nouvelles du projet  de solidarité avec Lokolama au Congo

C'est en 2007, à l'occasion du centenaire du début de la construction de notre église Saint-Martin, qu'est né, à l'instigation de notre Doyen Jean-Marie JADOT, le projet de solidarité "PARTENARIAT IBANGA" dont l'objectif était de construire un Centre de Santé à Lokolama. Lokolama se trouve en pleine forêt tropicale de la République démocratique du Congo, dans l'actuelle province de Mai-Ndombe, province dont le chef-lieu est Inongo sur le lac Léopold II.

Lire la suite...
Homélie du 19 août 2007 PDF Imprimer Email
Année 2007

1ère lecture : du livre de Jérémie (38,4-6.8-10)
2ème lecture : de la lettre aux Hébreux (12,1-4)
Evangile : selon saint Luc (12,49-53)

 
A vrai dire, voilà encore une page d'Evangile déroutante ! Comme les juifs du temps de Jésus, nous espérons un messie qui soit d'abord un messager de paix… et voilà que le Christ annonce qu'il est venu apporter le feu et la division ! Il est venu mettre le feu à la terre et inviter les hommes à l'insurrection ! Lui-même, selon ses propres mots, a hâte de recevoir le baptême du feu, de voir sa passion s'accomplir !

Le message que le Christ est venu apporter au monde et pour lequel il va jusqu'à donner sa propre vie, n'est pas un message doucereux, un amour de guimauve, l'illusion (qui peut parfois nous passer par la tête) que l'amour est un rêve facile !

Jésus nous met les yeux en face des trous : aimer comme lui, donner sa vie par amour comme lui, c'est un combat de chaque jour, c'est une décision toujours à reprendre, c'est parfois ramer tout seul, envers et contre tous…

"Il n'y a pas de vie chrétienne sans déchirement, sans remise en cause radicale de nos existences. Suivre le Christ, ce n'est pas faire une confortable croisière touristique. C'est le laisser nous retourner intérieurement, labourer le champ pierreux de notre humanité." (B. REVEILLON, Prions en Eglise)

Se convertir, ce n'est pas suivre la pente mais "se tourner vers" (au sens étymologique), changer de direction, laisser Jésus trancher – parfois douloureusement – les amarres qui nous empêchent de le suivre en pleine mer.

Notre baptême ne nous demande pas d'être des intégristes et des intolérants qui s'en prennent sans cesse à la modernité et à l'évolution des mœurs, Dieu nous en préserve !

Mais notre baptême n'est pas non plus une simple décoration ou un laissez-passer pour le ciel ! Il est un feu qui doit brûler le monde et une interpellation permanente qui doit aider l'humanité à grandir et non à s'abêtir, voire à régresser ! Le combat pour plus d'humanité et pour sauver la dimension spirituelle de l'homme est aujourd'hui comme hier un combat difficile, déchirant parfois, jusqu'à être source de tensions et d'incompréhension dans notre entourage et notre propre famille ! Il le fut tragiquement pour Jésus ! Il ne s'agit pas de vouloir plaire à tout le monde. Il y a des fidélités fondamentales à tenir. Pour porter du fruit, le grain de blé tombé en terre doit mourir…

Assumer cette dimension prophétique de notre baptême, c'est peut-être le prix à payer pour que notre monde connaisse "un supplément d'âme" – disait déjà le philosophe Henri BERGSON, il y a un siècle.

Tous, baptisés, nous sommes pour aujourd'hui, prophètes du Royaume annoncé par Jésus !

 

Abbé Jean-Marie JADOT – Doyen de Saint-Martin