Connaissez-vous la newsletter bimensuelle du diocèse : elle contient des informations sous forme d'un éditorial, de reportages et d'un agenda ?
Pour  vous y inscrire, il suffit des surfer sur  http://www.diocesedenamur.be et de cliquer dans le menu de gauche sur « Newsletter : inscription ».

homélie du dimanche 22 octobre 2006 PDF Imprimer Email
Année 2006

1ère lecture : du livre d’Isaïe (53,10-11)
2ème lecture : de la lettre aux Hébreux (4,14-16)
Evangile : selon saint Marc (10,35-45)

 

Permettez-moi de relever trois événements de l’actualité.

Le premier se passait le 12 septembre dernier, à l’université de Ratisbonne. Le pape Benoît XVI, en visite dans son pays, y a fait un exposé que tous les spécialistes de l’étude des religions ont jugé particulièrement brillant sur la rencontre des religions et leur rôle dans la société. A cette occasion le pape a évoqué l’Islam. Certains propos – des références historiques – qui n’avaient en soi rien d’insultant, ont été perçu à tort par de nombreux musulmans comme un amalgame entre leur religion et la violence. Des foules entières, manipulées, ont alors défilé pour exprimer leur colère.

Le deuxième événement est encore à venir. Je veux parler de la semaine d’évangélisation qui se prépare tous azimuts à Bruxelles pour les jours de Toussaint. Après Vienne, Paris et Lisbonne, c’est la capitale de l’Europe qui se prépare, elle aussi, à oser parler et témoigner de Dieu et de l’Evangile dans la ville.

Enfin, le troisième événement, sans doute plus modeste, s’est passé de par chez nous, à Clairefontaine, lors de la deuxième journée de formation proposée aux prêtres et aux laïcs chrétiens de notre région du Sud-Luxembourg. Dominique MARTENS, le conférencier du jour nous a tous impressionnés par la pertinence de son analyse de la cohabitation et du dialogue des religions aujourd’hui incontournable dans notre société et tout particulièrement du dialogue urgent et périlleux avec l’Islam.

Trois événements qui peuvent être interpellant pour nous chrétiens rassemblés pour l’Eucharistie de ce dimanche 22 octobre, journée annuelle de la Mission universelle, un universalisme voulu par Jésus lui-même quand il a envoyé ses apôtres faire des disciples de toutes les nations. Ce qui a changé aujourd’hui, dans notre société, c’est que l’universel commence désormais chez nous. Quand je dis « chez nous », cela concerne sans doute davantage nos grandes villes… mais force est de constater que le phénomène de l’immigration s’est fortement accéléré ces dernières années ici, à Arlon. Personne ne peut plus ignorer ce brassage des peuples, des cultures, des religions.

Appelés à témoigner de « l’Espérance qui est en nous » et de la puissance libératrice et rédemptrice du Christ pour chaque homme et pour l’humanité entière, il nous faut aujourd’hui apprendre à vivre cette mission que le Christ nous confie dans un authentique esprit de dialogue, ce qui réclame tout à la fois de notre part une humilité réelle et un sens de l’écoute de l’autre mais aussi des convictions fortes, réfléchies.

Dialoguer ne signifie pas abandonner sa foi et vouloir à tout prix un accord commun. Il s’agit tout autant de retrouver la joie de témoigner de la Bonne Nouvelle de Jésus à l’œuvre dans nos vies, source de valeurs essentielles. Comme celle du service des autres que l’Evangile de ce dimanche vient de mettre, une fois encore, en évidence.

Il y a un pari pour l’espérance de l’humanité à mettre en œuvre avec tous les hommes de dialogue, nous n’avons pas à rougir de l’Evangile ! N’ayons pas peur d’oser encore proposer la foi, celle qui donne sens à notre vie… et faire de nouveaux disciples ! 

 

Abbé Jean-Marie JADOT – Doyen de Saint-Martin