Nous vous invitons à la journée-rencontre avec frère dominicain, théologien et philosophe

Dominique COLLIN "l'Évangile, parole vivante?",

19 Octobre 2019 à 9h
à la chapelle Saint-Bernard
(rue de Viville 6, Arlon).

Déroulement de la journée:

9h00 Accueil

9h15 Mot d'introduction par Wenceslas

9h30 Echos de trois lecteurs

10h00 Conférence de Dominique

11h00 Pause café

11h20 Questions-réponses

12h20 Pique - nique

14h Les ateliers de l'après-midi sur inscription

16h Célébration de la parole

L'après- midi nous allons travailler en petits groupes sur les questions posées après la conférence.

N'oubliez pas vous inscrire pour les ateliers de l'après-midi au secrétariat de

Saint-Martin : 063/22.65.07, saintmartinarlon@gmail.com.

Au plaisir de vous y voir!


Quel avenir pour notre Eglise ? PDF Imprimer Email

FORMATION SUD LUXEMBOURG

Quel avenir pour notre Eglise ?

Questionnons les premières communautés chrétiennes et l'Eglise d'aujourd'hui

Depuis plus de 20 ans, nous voulons permettre à tous ceux qui le souhaitent d'éclairer leur foi en Jésus et leurs engagements chrétiens. Il faut bien reconnaître que cette démarche n'est pas plus facile aujourd'hui qu'à certaines périodes de crise. Il n'y a pas de recettes miracles que l'on pourrait recopier et il faudra toujours ré-inventer comment " faire Eglise " dans un monde en perpétuel mouvement. Revisiter le passé pour mieux comprendre le présent et inventer l'avenir : tel est le projet pour notre session de formation 2019.

Un projet que nous confions à une femme et trois hommes "théologiens- historiens" de notre diocèse.

De 9h à 15h30* à CLAIREFONTAINE (Arlon) au Centre d'Accueil des Prêtres du Sacré-Cœur, 81, rue du Cloître ou de 20h à 22h : à la salle paroissiale Saint-Martin 17, rue J. Koch à ARLON. PAF : 8 €/journée ou 5 €/soirée *Pour le repas de midi (15 €), s'inscrire avant le 18-09 par courriel : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ou par téléphone : 063 226 507 de 9h30 à 11h30.

JEUDI 26 SEPTEMBRE

Des communautés en recherche de repères

par Jean-Claude BRAU, théologien

Après le désarroi provoqué par la mort en croix de Jésus, les disciples se ressaisissent autour des expériences d'apparitions du Ressuscité et, d'abord à partir de Jérusalem, vont être portés par un élan missionnaire dont témoignent les Actes des apôtres et les épîtres de Paul. Si, au début, ils ne se démarquent pas du judaïsme, l'entrée massive de païens dans les communautés et les réactions des communautés juives vont obliger les chrétiens à définir leur identité propre. Ils l'inventeront en s'inspirant de ce qu'ils connaissent dans leur monde : juif, romain et autre. Au début, une grande diversité règne dans les textes auxquels ils se réfèrent, dans les structures qu'ils se donnent, dans les lieux où ils se réunissent. L'unité qu'ils vont construire ne gommera pas cette diversité et passera par des conflits entre personnalités de référence et entre communautés.

JEUDI 10 OCTOBRE

Pourquoi l'Église a de moins en moins de crédit en Europe occidentale

par Thérèse HEBBELINCK, historienne

Au départ de notre formation d'historienne spécialisée dans l'histoire de l'Église et de notre fonction de conseillère éthique etpastorale à Unessa (Union en soins de santé), nous proposerons une réflexion historique et éthico-spirituelle axée autour des 2000ans d'histoire de l'Église ainsi qu'une mise en contexte de cette histoire à travers la place de l'Église dans les soins de santé. Pource-faire, nous vous emmènerons dans un parcours de 2000 ans d'histoire commune du « trône et de l'autel » nous permettant demieux comprendre la crise de communication dans laquelle se trouve l'Église aujourd'hui. Dans le second temps nous approcheronsles différents paradigmes qui ont régenté le monde des soins depuis l'origine jusqu'à aujourd'hui. Nous verrons commentactuellement il est possible, envisageable et vital de repenser la présence ecclésiale dans notre société et notamment dans cetunivers des soins (nécessité d'un nouveau langage, de nouveaux rites, etc.). Nous terminerons par une réflexion sur l'identitéchrétienne : comment la comprendre aujourd'hui ? Revêt-elle la même signification que par le passé ? A-t-elle encore une place etun sens dans notre société et dans nos institutions ?

JEUDI 17 OCTOBRE

Refonder l'Église, appel à tous les baptisés

par Jean-Pol GALLEZ, théologien

La question du « cléricalisme » agite fortement l'Église catholique de nos jours. Le problème a notamment surgi médiatiquement àl'occasion de ce que l'on appelle désormais communément « les affaires d'abus sexuels » commis par des membres du clergé. Cesdrames offrent une opportunité de remise à plat afin d'en découvrir les racines et d'y porter remède. La pensée du jésuite français,Joseph Moingt, recèle un certain nombre de clés historiques et théologiques qui, d'une part questionnent en profondeur lastructuration même de l'Eglise autour de la bi-partition clerc-laïc et, d'autre part lance un appel à ces derniers afin qu'ils prennent lapart qui revient à tout baptisé dans la mission d'annonce de la Parole au monde. Puisque la question soulevée « interpelle larévélation au plus profond d'elle-même » ( Dieu qui vient à l'homme , t. 2/2, p. 797 ), il importe aujourd'hui de la reprendre au niveaufondamental qui est le sien afin de travailler sans attendre à ce que Moingt appelle une « refondation » de l'Église.

JEUDI 24 OCTOBRE

De l'annonce du Royaume à une Église cléricale

par Thierry TILQUIN, théologien

« Dans les premiers siècles, les communautés chrétiennes se sont structurées pour remplir leur de mission de porter la Paroleévangélique et d'annoncer le Royaume. Elles ont fait preuve de créativité en matière d'organisation et de ministères. Après laconversion de l'empereur Constantin au quatrième siècle, la foi évangélique s'est progressivement muée en religion d'État. Ce qui adonné lieu à des changements profonds au niveau des conceptions théologiques et ecclésiales, influencés notamment par larésurgence d'un sacré religieux et d'une organisation cléricale. Des siècles plus tard, malgré le Concile Vatican II, l'Église catholiqueen reste encore profondément marquée. D'où sa difficulté à rencontrer les défis du monde contemporain. Comment penser l'avenirde l'Evangile au-delà d'un ' sacré ' qui fige et d'une Église qui demeure fondamentalement cléricale ? »