Le nouveau vitrail de St Martin : "Matin de Pâques"

Essai d'interprétation

Donnons-nous la peine de nous avancer vers le chœur de l'église et retournons-nous pour avoir une vue d'ensemble du vitrail. Le regard est ébloui par la magnificence de l'œuvre et par le chatoiement des couleurs. Le vitrail est non-figuratif et laisse à chacun la liberté d'interprétation qui lui convient.

Essayons de le détailler quelque peu et laissons le regard le parcourir de bas en haut.

Le bas du vitrail frappe d'abord par son bleu nuit, qui forme une masse énorme et occupe toute la surface du bas. Il évoque dans mon esprit le monde des abysses, avec des ondulations qui font penser à des courants sous-marins.  Serait-ce le monde des enfers, dont il est question dans le credo chrétien ?

Ou encore les ténèbres de la nuit profonde après la mort en croix du Christ ?

On sent très bien que ce bleu traduit quelque chose d'inquiétant, qui a de quoi faire frémir.

Il faut distinguer dans cette masse deux zones :

-        celle du dessous, d'un bleu profond, avec au centre une tache multicolore qu'il me paraît difficile d'interpréter. Cette zone est soulignée d'une bande rouge qui fait le lien avec les bandes rouges latérales et semble encadrer tout le tableau.

-        celle du dessus, avec déjà des tons d'un bleu plus clair, où apparaît au centre une tache verte qui tranche sur le bleu. Signe d'espoir ? Évocation du tombeau où repose un corps dans une mort qui n'est que provisoire ?

Lire la suite...
mot de la semaine PDF Imprimer Email

Nombreux sont mes disciples qui durent accepter de séjourner dans la nuit, seuls et sans amis.
Ils tinrent bravement le coup, et avancèrent en chantant.
Marchez, vous aussi, en chantant.
Je vous demande peut-être de monter à une échelle qui vous paraît peu sûre ?
Vous ne voyez pas où elle s'apuie, parce que son extrémité disparaît dans le lieu secret du Très-Haut ?...
Peu importe. Si je vous invite à y monter avec confiance, pensez-vous que je ne l'aie pas affermie comme il convient ?

(Dieu appelle - éd. A la Baconnière)


Bonne semaine,


Catherine